Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une aide-soignante agressée dans son vestiaire à l'hôpital Pellegrin à Bordeaux

mercredi 25 octobre 2017 à 14:27 Par Chloé Gandolfo, France Bleu Gironde

Ce mardi soir, vers 21h un agent a été agressé dans son vestiaire après sa journée de travail au groupe hospitalier Pellegrin à Bordeaux. Il s'agit d'une aide-soignante selon la CGT du CHU. Le personnel dénonce un manque de sécurité au sein de l'établissement.

Une aide-soignante agressée à l'hôpital Pellegrin à Bordeaux dans les vestiaires.
Une aide-soignante agressée à l'hôpital Pellegrin à Bordeaux dans les vestiaires. © Maxppp - MaxPPP

Bordeaux, France

Ce mardi soir, aux alentours de 21h, une aide-soignante a été agressée pendant qu'elle se changeait au vestiaire après sa journée de travail. Selon la CGT, elle aurait été frappée. "A cette heure, son état de santé n'inspire plus d'inquiétude", précise la direction du CHU dans un communiqué de presse ce mercredi après-midi.

La sécurité de l'établissement pose question selon la CGT. Alain Es-Sebbar, secrétaire de la CGT au CHU de Bordeaux qualifie la sécurité de l'hôpital de "gruyère". "Il y a des entrées de partout, des galeries souterraines qui permettent de rentrer facilement et un manque d'effectif au niveau de la sécurité", décrit-il.

"C'est un problème depuis longtemps. On avait déjà eu une agression l'année dernière. Il faut que la direction mette en place des solutions", dit-il.

"Un manque d'effectif au niveau de la sécurité"

Toujours dans le même communiqué, la direction de l'hôpital assure que "la porte de ce vestiaire, réservée aux professionnels et accessible uniquement par badge, n'a subi aucune effraction".

La police, qui s'est rendue sur place après les faits, a ouvert une enquête.

La victime a été prise en charge par le service de santé au travail et le centre d'accueil en urgence des victimes d'agression (CAUVA). Le CHU de Bordeaux a ouvert une enquête interne et un Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) extraordinaire va être convoqué pour informer des mesures prises par la direction.