Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Alerte à la bombe levée près de la gare de Rennes : un employé de la SNCF en garde à vue

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Armorique, France Bleu, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Maine

Le trafic ferroviaire a été interrompu par mesure de sécurité en gare de Rennes à 9h20 ce dimanche matin en raison d'une alerte à la bombe sous le Pont Saint-Hélier. Il y a eu de gros retards en gare du Mans. Il a repris à 11 heures. Un agent de la SNCF a été interpellé et est en garde à vue.

La police a mis en place un périmètre de sécurité autour du pont Saint Hellier
La police a mis en place un périmètre de sécurité autour du pont Saint Hellier © Maxppp -

Rennes, France

Un employé de la SNCF a été interpellé et interrogé par la police de Rennes. Il serait à l'origine de la fausse alerte à la bombe qui a paralysé le trafic des trains pendant deux heures. Selon nos informations, l'homme ne voulait pas rater son train. Il a été interpellé à bord d'un TGV en partance pour Paris, les enquêteurs ayant rapidement retracé l'appel.

Le trafic ferroviaire a pu reprendre vers 11 heures ce dimanche matin après avoir été interrompu une partie de la matinée. La SNCF avait reçu, vers 9h20, l'appel anonyme d'un homme de 46 ans expliquant qu'une bombe avait été placée sous le pont Saint-Hélier, à quelques centaines de mètres de la gare. S'il s'avère que c'est bien l'agent SNCF qui est à l'origine de l'appel, la compagnie annonce l'ouverture d'une enquête interne.

Doutes levés

La police a rapidement mis en place un périmètre de sécurité dans le secteur pour effectuer toutes les vérifications. La gare n'a néanmoins pas été évacuée. Les doutes ont finalement été levés et le trafic a repris.

Au total neuf trains ont été immobilisés. Huit TGV à destination de Paris, et un TER de la région Bretagne. 300 voyageurs ont du attendre la reprise du trafic ferroviaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu