Faits divers – Justice

Une amende requise contre le viticulteur bio qui refuse d'utiliser un pesticide

France Bleu lundi 24 février 2014 à 12:06 Mis à jour le lundi 24 février 2014 à 16:30

Emmanuel Giboulot refuse de traiter ses vignes contre un insecte parasite
Emmanuel Giboulot refuse de traiter ses vignes contre un insecte parasite © MaxPPP

Un vigneron de Côte-d'Or comparaît ce lundi devant le tribunal de Dijon. Le tribunal a requis 1000€ d'amende contre lui, pour avoir refusé de traiter ses vignes contre la cicadelle, un insecte qui transmet une maladie potentiellement mortelle. Sur la scène politique et sur internet, des comités de soutien se sont formés pour épauler le viticulteur.

Il risque jusqu'à six mois d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende. Emmanuel Giboulot, viticulteur en Côte-d'Or, comparaît ce lundi devant le tribunal de Dijon, pour avoir refusé de s'aligner sur une obligation préfectorale de traiter ses vignes contre la cicadelle, un insecte parasite. Le parquet a requis une amende de 1.000 euros, assortie pour moitié du sursis. La décision a été mise en délibéré au 7 avril.

La cicadelle répend une maladie appelée flavescence dorée. La découverte, près de Beaune, de foyers de cette maladie, a conduit le préfet de Côte-d'Or à imposer le traitement pour tous les vignobles de la région. Emmanuel Giboulot, viticulteur en biodynamie depuis les années 70, n'a pas voulu s'y plier. Pas même en utilisant un pesticide naturel, car, selon lui, cela va "à l'encontre des équilibres biologiques ". 

Le préfet pouvait-il prendre cet arrêté ?

"C'est une maladie mortelle et très contagieuse, c'est pour cette raison que ces mesures sont obligatoires. Pour que le traitement soit efficace, il faut que les vignes aient été traitées par tous ", justifie le chef du service régional de l'alimention. Pourtant, selon l'avocat d'Emmanuel Giboulot, le préfet n'avait pas à prendre cet arrêté : depuis 2003, le périmètre de traitement se limite à la commune où la flavescence dorée a été repérée et ses voisines, "mais pas tout le département ", selon Me Benoist Buisson.

La cicadelle, l'insecte qui transmet la flavescence dorée - Maxppp
La cicadelle, l'insecte qui transmet la flavescence dorée © Maxppp
Cette affaire a déclenché un vent de soutien en faveur du viticulteur : Europe Ecologie-Les Verts, le NPA, Greeenpeace et Attac ont constitué un comité de soutien qui demande l'arrêt des poursuites judiciaires contre tous les "viticulteurs engagés dans une procédure alternative ". Et sur internet, une pétition a reucueilli plus de 50.000 signatures.

Une vidéo sur les "solutions alternatives"

De son côté, une association bruxelloise, l'Institut pour la protection de la santé naturelle, a créé une vidéo pour promouvoir des "solutions alternatives" aux pesticides. Une vidéo dénoncée comme "contre-vérité" par le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne :

"Dire qu'il suffit de mettre des pièges orange et un peu d'argile, ce n'est pas vrai". — Pascal Lambert, Service d'écodéveloppement agrobiologique et rural de Bourgogne