Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une association veut faire annuler un arrêté pour éviter la mort d'un loup en Saône-et-Loire

-
Par , France Bleu Bourgogne

L'association de protection des animaux Combactive attaque la décision de la préfecture de la Saône-et-Loire en justice, qui autorise des tirs de défense sur un loup, pour sauver l'animal accusé de décimer des troupeaux de brebis.

En septembre dernier, la préfecture avait déjà autorisé des tirs de défense du loup après des attaques de troupeaux en Haute-Saône
En septembre dernier, la préfecture avait déjà autorisé des tirs de défense du loup après des attaques de troupeaux en Haute-Saône © Maxppp - Maxppp

La chasse au loup est ouverte en Saône-et-Loire. Sous la responsabilité de la louveterie et de l’Office français de la biodiversité, des tirs de prélèvement du loup sont autorisés par arrêté préfectoral depuis le 9 octobre et jusqu'au dimanche 25 octobre dans plusieurs communes du département. 

Malgré la mise en œuvre de mesures de protection (protection en urgence des troupeaux, indemnisation, déclinaison graduelle du protocole d’intervention sur le loup) les attaques de loup sur les troupeaux de brebis et de moutons se poursuivent dans le Charolais. Depuis la fin du mois de juin, 119 ovins ont été tués et 51 animaux blessés sous les crocs du loup dans le secteur. Sous l'impulsion de la ministre de la transition écologique Barbara Pompili, la préfecture du département de la Saône-et-Loire a donc autorisé les tirs de prélèvement de l'animal. 

Une audience pour faire annuler l'arrêté

Une décision qui révulse l'association de protection de l'environnement et des animaux Combactive. L'association a donc décidé de poursuivre l'arrêté préfectoral en justice au tribunal administratif de Dijon ce mercredi après-midi à 15h. L'audience doit déterminer si la décision préfectorale peut être annulée ou interdite de prolongation si le loup n'est pas abattu d'ici dimanche. 

Une action en urgence que revendique le président de Combactive : "Le loup doit avoir toute sa légitimité dans notre environnement. C'est à nous de nous adapter pour que sa présence ne nuise pas à ses principaux détracteurs : les éleveurs" affirme Fabien Robert. Le militant poursuit : "Si le loup est tué, un autre viendra. Il faut mettre en place des solutions alternatives : des chiens, des clôtures et un renforcement de la présence humaine."  

Éleveur d'ovins à Ciry-le-Noble en Saône-et-Loire, Alexandre Saunier et ses collègues ont tenté de mettre ces mesures en place sans succès.  Elles s'avèrent tellement compliquées que les bergers sont épuisés. "Les éleveurs sont à bout. Ils sont usés physiquement, ils passent deux fois plus de temps au travail. On a peur que certains fassent des bêtises", assure le responsable de la production ovine du département. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess