Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Sophie Le Tan

Disparition de Sophie le Tan : une battue citoyenne en Moselle

vendredi 28 septembre 2018 à 18:29 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Des fouilles menées par des citoyens vont avoir lieu, ce samedi, notamment du côté de Meisenthal, dans le pays de Bitche, pour tenter de retrouver Sophie Le Tan, cette étudiante disparue depuis le 7 septembre à Schiltigheim (67). Le principal suspect dans cette affaire a grandi dans le coin.

Jean-Marc Reiser
Jean-Marc Reiser © Radio France - Capture d'écran Facebook

Meisenthal, France

Ce samedi, ils vont continuer les recherches : des citoyens organisent une nouvelle battue pour tenter de retrouver Sophie Le Tan, étudiante de 20 ans disparue à Schiltigheim il y a trois semaines. Un bus est même affrété par la région Grand Est pour déposer des volontaires. Le matin les fouilles se dérouleront en Alsace, à Ingwiller, et l'après-midi, en Moselle, à 14h à Meisenthal, dans le Pays de Bitche. Et pour cause : le principal suspect, Jean-Marc Reiser, arrêté après que l'on ait retrouvé du sang et de l'ADN de Sophie Le Tan chez lui, est originaire de Meisenthal.

Un père garde-forestier

Il y a passé son enfance, et il connait très bien le secteur, les Vosges du Nord, la forêt et les cavernes. La famille de Jean-Marc Reiser est originaire de Meisenthal et de Soucht, également dans le Pays de Bitche. Son père était garde-forestier et habitait sur les hauteur de la commune. Voilà pourquoi le secteur fait partie des pistes, pour Khadija Arratbi, bénévole qui coordonne les recherches : "C'est son fief, il a de grandes connaissances en forêt (...) je sais que c'est chercher une aiguille dans une botte de foin, mais si on ne commence pas quelque part, l'aiguille, on ne risque pas de la trouver !"

Une centaine de personnes sont attendues à la battue, Alsaciens comme Mosellans tous réunis grâce à une page Facebook. Ils vont sillonner les chemins, les endroits où la famille Reiser avait ses habitudes. Emmaüs et des supermarchés du secteur offrent le repas aux bénévoles qui espèrent toujours retrouver Sophie le Tan vivante, même si l'espoir est mince.