Faits divers – Justice

Une bavure policière à la Jonquère ?

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon lundi 9 mars 2015 à 18:03

Plusieurs impacts de balle ont été relevés notamment sur le coffre de la voiture
Plusieurs impacts de balle ont été relevés notamment sur le coffre de la voiture © Radio France

Trois hommes se sont fait tirer dessus vendredi soir à la Jonquère à la sortie d'un bar, l'un d'eux est blessé. Les gendarmes français affirment que le tireur est un policier espagnol.

Y a t-il eu une bavure policière à la Jonquère ce weekend ? C'est en tout cas ce que laisse penser le récit pris très au sérieux pas les gendarmes de trois amis de Perpignan et Toulouse, Après une soirée passée à Figuères, sur la route du retour, ces trois hommes s'arrêtent boire un coup dans un bar de la Jonquère où ils sont très mal reçus, à tel point qu'ils repartent sans même avoir consommé. De retour dans leur voiture, ils sont agressés par un homme armé qui leur tire dessus sans sommation.Le conducteur est blessé assez sérieusement . Les trois amis pris de panique prennent la fuite et attendent d'être arrivés au Boulou pour prévenir la gendarmerie qui les prend charge avec les pompiers. La gendarmerie a commencé son enquête et affirme que l'agresseur est un policier espagnol. Elle ne veut pas encore parler de bavure policière, on examine aussi le passé lourd du conducteur de la voiture, mais l'enquête très sérieuse est transmise côté espagnol.

"J'ai cru qu'on allait se faire mitrailler de partout"

Rachid, l'un des trois amis raconte : "On est rentré dans ce bar juste pour boire un verre, tout le monde nous regardait bizarrement alors on est ressorti pour repartir en voiture et rentrer en France. C'est là qu'un homme a surgi, armé d'un flingue, un 9mm, il avait un bonnet. On a pris peur, on a mis un coup de première, il nous a tiré dessus à 4 reprises , mon collègue a été blessé sérieusement à la jambe. J'ai cru qu'on allait se faire mitrailler de partout, on comprenait rien, on était choqué, se faire tirer dessus 4 fois pour rien on n'a pas compris."

"Pour nous c'était pas policier"

"On a roulé jusqu'au péage du Boulou et on a alerté les gendarmes, qui ont prévenu les pompiers qui ont pris en charge mon ami. On a été interrogés tous les trois séparément. Au départ les gendarmes nous prenaient pas trop au sérieux, mais nos dépositions étaient carrées, on a dit que la vérité. C'est vrai que c'est dur à croire, mais ils ont fini par nous croire, ils ont vérifié notre voiture, ils n'ont pas trouvé un gramme de drogue, on a soufflé dans le ballon, on était propre.Ils nous ont demandé "vous êtes surs que c'était pas un policier ?" mais pour nous c'était pas un policier, pour nous c'était un type qui voulait nous racketter. Mais les gendarmes ont enquêté et nous ont dit le lendemain que l'homme qui nous a tiré dessus était un policier espagnol. Mais ce type avait rien d'un policier, il a pas sorti sa plaque, il a même pas dit "police", il a sorti son arme et a tiré."

"Je revois sans cesse la scène, l'homme qui me regardait dans les yeux"****

"Je suis très choqué, je n'arrête pas d'y penser, je revois la scène, l'homme qui nous tirait dessus, qui me regardait dans le yeux, on aurait pu tous mourir. Le procureur va envoyer la voiture et nos dépositions à Madrid, ils ont des caméras, ils verront bien qu'on était pas armés, qu'on était juste là pour passer une soirée tranquille. "

7h20 Agression La Jonquère / Rachid