Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Une Bayonnaise condamnée à 10 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son compagnon violent

mercredi 13 mars 2019 à 21:29 Par Andde Irosbehere et Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque

Au terme de trois jours de procès, la cour d'assises de Pau a rendu son verdict ce mercredi : Audrey Stempfer est condamnée à 10 ans de réclusion criminelle, pour avoir tué son compagnon qui la battait régulièrement.

Audrey Stempfer, au côté de ses deux avocats
Audrey Stempfer, au côté de ses deux avocats © Radio France - Paul Nicolaï

Pau, France

La défense voulait en faire une sorte de Jacqueline Sauvage bis. Mais les débats devant la Cour d'Assises des Pyrénées-Atlantiques à Pau, ont mis à jour une affaire sensiblement différente. Audrey Stempfer, une Strasbourgeoise de 37 ans, a été condamnée à 10 ans de réclusion criminelle après 3 jours d'audience. Les jurés ont suivi les réquisitions de l'avocat général Richard Pineau. Pour l'accusation l'intention de tuer ne faisait aucune doute; la jeune SDF ayant utilisé un couteau de cuisine avec une lame de 16 centimètres et a porté le coup fatal en plein coeur de la victime. Audrey Stempfer ne pouvait donc ignorer les conséquences de son acte.

La défense a plaide le doute

Du coté de la défense de la jeune femme, maître Antoine Tugas a plaidé le doute. Le doute sur la réelle volonté de sa cliente de vouloir la mort de son compagnon Stéphane Jolibois. L'avocat a rappelé le contexte très alcoolisé de cette soirée du 5 août 2016, lorsque la jeune femme après une nouvelle dispute est allée chercher le couteau dans la cuisine de l'appartement de la rue des Chênes. "Ce couteau qui s'exprime c'est sa voix qui dit ASSEZ " a tonné l'avocat. Une manière de dire que sa cliente n'en pouvait plus des coups répétés depuis de trop longues années et des humiliations quotidiennes. En plus des 10 ans de prison Audrey Stempfer est également condamnée a un suivi socio-judiciaire de 3 ans après sa libération.