Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une exposition à ciel ouvert pour changer de regard sur la trisomie 21 à Rouen

"Changeons de regard" c'est le nom de l'exposition photo visible sur les grilles du Conseil départemental à Rouen jusqu'au 15 avril. La tête d'affiche ? Le petit Nathanaël, 2 ans et demi, porteur de trisomie 21. Une exposition pour déconstruire les clichés sur la maladie.

Nathanaël est porteur de trisomie 21 et est la tête d'affiche de l'exposition "Changeons de Regard"
Nathanaël est porteur de trisomie 21 et est la tête d'affiche de l'exposition "Changeons de Regard" © Radio France - Flavien Groyer

Rouen, France

30 portraits noir et blanc s'affichent sur les grilles de l'hôtel du département de Seine Maritime depuis le 15 mars.  L'exposition "Changeons de Regard" est visible Quai Jean Moulin à Rouen. Les personnes qui ont été prises en photo ont entre six mois et 65 ans. Tous sont porteurs de trisomies 21. Une exposition pour déconstruire les clichés sur la maladie. 

C'est une initiative de l'association "Un chromosome d'amour en plus" créée par Alexandre et Rachel Pinson, parents de Nathanaël, porteur de trisomie 21. 

Un projet aux 30 visages

Nathanaël a 2 ans et demi. C'est lui la tête d'affiche, c'est lui le visage de l'exposition : chemise blanche, position assise, la tête penchée vers ses pieds. Il est visible partout à Rouen même sous les abribus. Alexandre Pinchon, son père, est extrêmement fier : "C'est un plaisir, une fierté, de voir ce petit bout affiché aux yeux de tous pour faire changer les mentalités, y a pas mieux". 

Cette photo, c'est le rouennais Emmanuel Grancher qui la prend il y a déjà un an. "On avait déjà travaillé avec lui sur un autre projet. Il a pris en photo Nathanaël et quand on a vu le rendu, c'était une évidence". Le photographe a deux studios, l'un à Rouen, rue Alsace-Lorraine, l'autre à Martainville-Epreville. La photo est donc réutilisée pour l'exposition. 

Et puis l'élément déclencheur du projet de l'exposition, c'est un événement du même type en Suisse qui convint Rachel, la maman de Nathanaël de le faire ici en Seine-Maritime. Emmanuel Grancher accepte de prendre les photos bénévolement : "Bénévolement et instantanément", s'amuse le photographe. 

Un des portraits de l'exposition "Changeons de regard" à Rouen - Radio France
Un des portraits de l'exposition "Changeons de regard" à Rouen © Radio France - Flavien Groyer

La conseillère départementale UDI de Seine-Maritime Marine Caron amène le projet sur le bureau du président. C'est une amie de la famille Pinchon. Le département de Seine Maritime décide de soutenir le projet. Il imprimera les photos sur d'immenses bâches plastifiées et elles seront exposées sur les grilles de l'hôtel du département.  

La famille Pinchon lance alors un appel à candidatures. 76 personnes trisomiques se portent candidates, les 29 premières sont choisies pour ne pas submerger Emmanuel Grancher.

Il explique comment il a travaillé :  "J'ai laissé les choses se faire et essayer de capter ce que je ressentais. C'est plus compliqué que d'habitude, le handicap est là, la communication est plus ou moins difficile. Je voulais qu'on les trouve tous magnifiques et ressentir des émotions en voyant leur portrait". 

Il se rappelle d'une session photo assez compliquée avec une femme porteuse de trisomie 21. Elle était également sourde et muette. "Cela a été long mais on a réussi à faire quelque chose de bien".

Faire changer le regard sur la trisomie 21

En France, 50 000 personnes sont porteuses de trisomie 21. Autant de gens victimes des préjugés et cette exposition a un but : déconstruire les clichés notamment grâce à sa présence dans la rue. Ainsi, les personnes de trisomie se fondent dans le paysage et s'intègrent à la société. 

Alexandre Pinchon veut également bannir ce genre d'anecdote : "Nathanaël devait avoir deux semaines, un papa dans son cabriolet a dit a son fils de 10 ans en parlant de deux personnes porteuses de trisomie : "regarde les gogols"".

Nathanël, ses parents et son grand frère Antonin - Radio France
Nathanël, ses parents et son grand frère Antonin © Radio France - Flavien Groyer

Alexandre, ne cesse de le répéter, Nathanaël est un enfant comme les autres.

Il est un peu plus faible, il a une déficience. Il a des problèmes d'hormones de croissance mais cela, ça aurait pu arriver à n'importe quel enfant. Il a juste un retard cognitif ce qui fait qu'il apprend plus lentement. A part ça, c'est un enfant comme son frère. - Alexandre Pinchon à propos de son fils Nathanaël.

Les parents de Nathanaël veulent désormais déplacer l'exposition au Havre, à Dieppe ou dans d'autres départements français.

Cette exposition à ciel ouvert sera visible jusqu'au 15 avril.

Choix de la station

France Bleu