Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une bise polémique pour la SNCF en Lorraine

vendredi 17 novembre 2017 à 22:56 Par Jordan Muzyczka, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Dans un courrier adressé aux cheminots jeudi, le directeur du technicentre de Metz préconise de ne plus faire la bise aux stagiaires, apprentis et autres sous-traitants. La consigne fait bondir la CGT qui envisage de porter plainte. La direction s'excuse et parle d'une "maladresse".

Presentation de la nouvelle tenue des agents SNCF
Presentation de la nouvelle tenue des agents SNCF © Maxppp - Vincent Isore

Metz, France

Voilà une polémique dont aurait bien aimé se passer la SNCF, dans un contexte de libération de la parole des femmes sur le harcèlement sexuel. La Société national des chemins de fer français en Lorraine voulait réglementer la façon de se dire bonjour, la bise étant particulièrement ciblée, dans un mail diffusé en interne.

Dans ce fameux courriel transmis aux employés, le directeur du technicentre de Metz, une sorte de garage pour les trains, Gilles Schwob demande dans cette "Règle d'éthique" qu'il est "interdit de faire la bise à toute personne ne faisant pas partie de l'entreprise. [...] Merci de votre bienveillance". Terminé donc les salutations aux stagiaires, apprenti(e)s, alternant(e)s et autre sous-traitants.

L'affaire pourrait aller devant les tribunaux

Et les réactions ne ce sont pas faites attendre. La CGT est la plus virulente. A l'instar de Christophe Achoub. Le représentant syndical pour la région parle d'une image "dégradée" pour la profession.

Lundi 20 novembre, le comité d'hygiène et de sécurité va se réunir à Thionville, Metz et Woippy pour s'en expliquer avec la direction. Le syndicat va également se rassembler en fin de semaine prochaine pour décider de peut-être porter l'affaire devant la justice, "nous verrons avec les avocats", avance Christophe Achoub.

Pourquoi ne plus se faire la bise? On ne sait pas...nous n'avons eu aucune explications. Nous avons immédiatement réalisé une enquête interne. Et aucun cas harcèlement ou d'agression sexuelle."- Christophe Achoub, représentant CGT en Lorraine

Éteindre l'incendie

De son côté, on tente de désamorcer la polémique côté direction. Le porte-parole de la SNCF parle d'une notre écrite "rapidement ", qualifiée de "maladresse". Le groupe a présenté ses excuses.

Et on se défend d'être à l'initiative de l'action: "C'est à la demande de personnels sous-traitants", avant de rajouter: "Il n'y a aucun cas d'agression, ni de harcèlement". Une directive qui aurait été écrite pour développer tout simplement le mieux vivre ensemble, prévue de longue date selon la SNCF car des ateliers sur l'éthique doivent être mis en place au mois de décembre.