Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Une Bisontine de 19 ans condamnée à quatre mois de prison avec sursis pour "apologie du terrorisme"

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Suite à un commentaire au sujet de la mort de Samuel Paty, une étudiante de 19 ans a été jugée pour "apologie du terrorisme", vendredi 23 octobre 2020 à Besançon. La jeune-femme écope de quatre mois de prison avec sursis et un stage de citoyenneté. Elle garantit ne pas penser ce qu'elle a écrit.

La jeune femme devra également effectuer un stage de citoyenneté dans les six mois à venir
La jeune femme devra également effectuer un stage de citoyenneté dans les six mois à venir © Maxppp - Rémy PERRIN

Vendredi 23 octobre 2020, au tribunal de Besançon, une étudiante en biologie de 19 ans a été condamnée à quatre mois de prison avec sursis pour "apologie du terrorisme." Sur les réseaux sociaux, elle s'était félicitée de la mort de l'enseignant Samuel Paty. Durant l'audience, elle a expliqué avoir écrit cela sans réfléchir. 

"Il mérite pas d'être décapité, mais de mourir, oui."

La jeune bisontine avait commenté un article de L'Est Républicain qui annonçait un rassemblement en mémoire de l'enseignant Samuel Paty, publié sur la page Facebook du quotidien régional. Elle avait écrit : "il mérite pas d'être décapité, mais de mourir, oui."  

"Je suis contre ce que j'ai écrit"

Durant l'audience, la prévenue a dit avoir réagi à chaud. "Je regrette d'avoir écrit ce commentaire, je m'en excuse. Je suis contre ce que j'ai écrit", a déclaré l'étudiante devant le tribunal, soulignant avoir elle-même "effacé le soir même" son message rédigé "trop vite" et "sans réfléchir". "J'ai fait une très grosse erreur, ces messages ne me correspondent pas", a insisté la jeune femme qui a assuré qu'elle ignorait les circonstances précises de la décapitation, le 16 octobre, de l'enseignant lorsqu'elle a réagi sur Facebook. Son avocate évoque un "dérapage".  

La jeune femme, jugée en comparution immédiate, devra également effectuer un stage de citoyenneté dans les 6 mois à venir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess