Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une Biterroise violée à son domicile

-
Par , France Bleu Hérault

Un homme accusé de viol a été interpellé et placé en détention à Béziers mi-mars. Ce dernier se serait bien rendu chez la victime rencontrée le jour de l'agression présumée, mais il rejette les accusations de viol.

Le palais de justice de Béziers
Le palais de justice de Béziers © Radio France - Gaëlle Schüller

Béziers, France

Le bruit circulait déjà depuis plusieurs jours dans le Biterrois. Une jeune femme de 24 ans aurait été violée à son domicile à Béziers (Hérault).  La victime a porté plainte 10 jours après les faits. Cette agression se serait déroulée le 5 mars à son domicile. L'auteur présumé a été interpellé le 15 mars. Il s'agit d'un homme proche de la trentaine. Ce dernier est connu de la justice mais pas pour des faits de cette nature. Cet homme reconnait être allé chez elle, avoir eu des relations sexuelles avec cette dernière, mais rejette l’accusation de viol

La victime et son agresseur n’avaient consommé ni alcool, ni stupéfiants, d’après nos informations. Ils se seraient connus le jour des faits. L'homme, âgé entre 25 et 30 ans, a été placé en détention le temps de l’enquête. Une information judiciaire a été ouverte le 22 mars. Une confrontation doit avoir lieu dans les prochaines semaines.

Des éléments et des indices graves et concordants laissent à penser de sa culpabilité, précise le parquet. Les déclarations du prévenu n’auraient cessé de fluctuer au cours de sa garde à vue.