Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

Une brigade spécialisée dans les violences conjugales au commissariat de Metz

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le commissariat de Metz renforce ses moyens pour lutter contre les violences conjugales : depuis début janvier, il dispose d'une brigade spécialisée qui travaille uniquement sur ce problème.

Les nouveaux locaux d'accueil du public à l'hôtel de police de Metz
Les nouveaux locaux d'accueil du public à l'hôtel de police de Metz © Radio France - Cécile Soulé

Cette brigade est composée de 3 policiers (prochainement 4). Depuis la fin d'année 2019, suite à des travaux, les nouveaux locaux d'accueil du public à l'hôtel de police permettent également de recevoir les victimes dans de meilleures conditions. A la suite du grenelle des violences conjugales l'an dernier, l'objectif est de les inciter à dénoncer les faits qu'elles subissent et à porter plainte.   

3 policiers dédiés centralisent les dossiers de violences conjugales

Une partie de l'équipe du commissariat de Metz chargée de lutter contre les violences conjugales
Une partie de l'équipe du commissariat de Metz chargée de lutter contre les violences conjugales © Radio France - Cécile Soulé

Au 1er étage de l'hôtel de police, deux bureaux sont dédiés à la nouvelle brigade des violences conjugales. Sur les murs, des affiches rappellent aux victimes le numéro d'urgence national, le 39.19.  Audrey, 38 ans, chapeaute cette nouvelle brigade composée de 3 policiers : "Le travail était bien fait avant, mais là le travail est centralisé. Nous créons un lien de confiance avec les victimes qui ne vont pas avoir besoin de nous redire ce qui s'est passé, elles ne s'adressent pas à un nouveau fonctionnaire mais à des interlocuteurs dédiés". 

Audrey, brigadier de police, chapeaute cette nouvelle brigade des violences conjugales

Meilleur accueil des victimes 

Au rez-de-chaussée, les victimes de violences conjugales peuvent aussi avoir un 1er contact plus discret, depuis le réaménagement de l'accueil du public explique Emilie, psychologue, qui assure des permanences au commissariat : "Auparavant, l'accueil était très proche de la zone d'attente et les victimes n'avaient, je pense, pas suffisamment de confidentialité, donc ce réaménagement permet un accueil mieux traitant". Un travailleur social dispose aussi d'un bureau près de l'accueil pour recevoir les victimes.

Franck, travailleur social, et Emilie, psychologue, tiennent des permanences pour les victimes au commissariat de Metz, en lien avec la brigade des violences conjugales
Franck, travailleur social, et Emilie, psychologue, tiennent des permanences pour les victimes au commissariat de Metz, en lien avec la brigade des violences conjugales © Radio France - Cécile Soulé

712 procédures l'an dernier au commissariat de Metz, un chiffre en hausse

Pour le commissaire Kotnik, chef de la sûreté départementale, l'objectif est de faciliter le dépôt de plainte des victimes : "On souhaite qu'elles soient accueillies dans de bonnes conditions afin que la parole se libère le plus possible.  On est là pour les mettre en confiance et avec la psychologue, le travailleur social et des associations, pour les aider". De la main courante à l'enquête pour meurtre, il y a eu l'an dernier 712 procédures pour violences conjugales au commissariat de Metz, un chiffre en hausse, comme ailleurs en France, qui montre entre autre que la parole se libère peu à peu

Reportage de Cécile Soulé

Choix de la station

À venir dansDanssecondess