Faits divers – Justice

Une cellule d'urgence pour les commerçants sinistrés de Saint-Estève

Par François Desplans, France Bleu Roussillon lundi 3 février 2014 à 20:20

Incendie centre commercial du Canigou
Incendie centre commercial du Canigou © Radio France - François Desplans

La mairie et l'Etat viennent en aide aux 12 commerçants victimes du terrible incendie de lundi matin. Le feu parti du tabac-presse a ravagé la moitié du centre commercial du Canigou à Saint-Estève.

L'urgence est d'abord financière après le sinistre de lundi au centre commercial du Canigou. Pour les salariés qui se retrouvent au chômage technique. C'est notamment le cas pour 3 employés du tabac presse. A la poissonnerie, cela concerne 5 salariés. Pour eux, l'Etat prend en charge le paiement de leurs salaires.

Pour les commerçants qui ne peuvent plus travailler, l'Etat et les banques leur proposent un échéancier de paiement pour les impôts, charges sociales et autres crédits bancaires.

Incendie centre commercial du Canigou - Radio France
Incendie centre commercial du Canigou © Radio France - François Desplans
Mais la priorité bien sûr est de se remettre au travail. Or, 12 commerces sont détruits . Alors,  en attendant la réponse des experts qui doivent dire si oui ou non il faudra raser et reconstruire le bâtiment, la solidarité s'organise. Le supermarché Netto par exemple, situé juste à côté du centre commercial, propose d'accueillir provisoirement dans ses locaux certains commerçants.

Quant à l'enquête, une chose est sûre : le feu est bel et bien parti du tabac-presse avant de se propager par le toit aux autres magasins. Les commerçants accusent les cambrioleurs du bureau de tabac d'être à l'origine de l'incendie après avoir utilisé un chalumeau pour entrer.

 

Partager sur :