Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une cellule de prévention de la radicalisation dans le Cher

-
Par , France Bleu Berry

Dans chaque département, une cellule de prévention de la radicalisation est chargée de suivre et d'aider à réinsérer des personnes souvent très isolées. Chaque mois, une dizaine de cas sont abordés dans le Cher.

La cellule de prévention de la radicalisation est pilotée par la préfecture du Cher
La cellule de prévention de la radicalisation est pilotée par la préfecture du Cher © Radio France - Jérôme Collin

Bourges, France

C'est un outil, parmi tant d'autres, dans la lutte contre le terrorisme. Depuis 2014, chaque département est constitué d'une cellule de prévention de la radicalisation et d'accompagnement des familles (CPRAF). Elle permet de suivre des personnes radicalisés. Dans le Cher, chaque mois, environ une dizaine de cas sont abordés. Des jeunes en décrochage scolaire, des personnes isolées, d'anciens détenus sortis de prison : les profils sont variés.

Un mot d'ordre : la réinsertion pour lutter contre la radicalisation

"La religion qui dicte du matin au soir tout ce qu'on doit faire, y compris à des fins très belliqueuses, c'est un projet de vie pour ces personnes", souligne Catherine Ferrier, préfète du Cher. "Le problème, ce n'est pas la religion mais l'usage qu'on en fait. Et souvent, ces personnes sont isolées, manipulées et deviennent dangereuses", poursuit-elle. Pour les aider, des travailleurs sociaux sont sollicités. Des psychologues aident également à mettre des mots sur l'origine de la souffrance.

Un appel à la vigilance 

La préfète du Cher insiste sur la nécessité de veiller sur son entourage. "L'isolement est un facteur presque général dans la radicalisation ou les mauvaises fréquentations. Dans les deux cas, l'entourage peut surveiller et le voir. Ce n'est pas inné de s'isoler du monde et de commencer à concevoir une vie qui aboutirait à tuer l'autre", explique Catherine Ferrier. "J'ai connu des cas où les parents ont découvert que leur enfant avait des posters de Daech dans leur chambre, parce qu'ils n'y entraient jamais", ajoute la préfète du Cher.

Chaque parent, chaque proche doit veiller sur son entourage et sur ses voisins"