Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Faits divers – Justice

Une cellule psychologique mise en place à la faculté de médecine de Marseille après le suicide d'une étudiante

mercredi 13 décembre 2017 à 14:42 Par David Aussillou, France Bleu Provence

Une étudiante de 1re année de médecine s'est suicidée à son domicile ce mardi. Elle ne s'est pas présentée à la première journée du concours.

Solène était inscrite au concours de la faculté de médecine à Marseille
Solène était inscrite au concours de la faculté de médecine à Marseille © Maxppp -

Marseille, France

Elle s'appelait Solène. Ce mardi matin, elle aurait dû plancher sur la première épreuve du concours de médecine à Marseille. Cette étudiante s'est suicidée à son domicile, à proximité du campus. Dans un communiqué, la faculté de Médecine d'Aix-Marseille Université explique avoir " a appris avec stupeur le décès d'une étudiante inscrite en Première année commune aux études de santé (PACES) ".

Inscrite à une prépa 

Selon le journal 20 minutes, Solène était également inscrite à un préparation au concours, à la "boîte à concours" Sup Provence.  A la faculté de médecine, les épreuves se poursuivent ce mercredi. Une cellule de soutien psychologique a été  mise en place "pour accompagner les étudiants et les équipes pédagogiques ", affirme l'Université dans son communiqué.

Le doyen de la faculté de médecine de Marseille Georges Léonetti., reconnait la pression très présente pendant ce type d'étude : "Comme pour tout concours quand il y a beaucoup de candidats qui souhaitent arriver en deuxième année et que le nombre de places est limité. Pour beaucoup d'étudiants, ils ont le sentiment que s'ils n'accèdent pas à ces études de santé leur vie est gâchée."