Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Une cellule opérationnelle créée à Alès pour lutter contre le trafic de stupéfiants, de plus en plus violent

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Ces derniers mois à Alès, les violences liées au trafic de stupéfiants sont montées d'un cran. Coups de feu, tentative d'homicide, la population s'en inquiétait. Justice, mairie et force de l'ordre ont décidé de monter une cellule opérationnelle spécifique. Son but "taper vite et taper fort".

"Taper vite et taper fort" contre le trafic de stupéfiants et "sur la durée" à Alès.
"Taper vite et taper fort" contre le trafic de stupéfiants et "sur la durée" à Alès. © Radio France - Ludovic Labastrou

Alès, France

Une "cellule opérationnelle" mise en place à Alès pour lutter contre le trafic de stupéfiants et la violence qui en découle. Elle a été présentée ce vendredi en mairie. Ces derniers mois, la violence est montée d'un cran avec notamment une tentative d'homicide ayant un probable  lien avec des querelles de territoire. La population s'en inquiète (nous nous en sommes fait l'écho), notamment de voir "les lieux de deal se multiplier à Alès au vu et au su de tous". Les autorités ont décidé de réagir avec cette cellule composée de forces de police et de gendarmerie, sous-préfecture, mairie qui se réuniront chaque mois pour décider d'opérations "coup de poing".

"Taper vite, taper fort et dans la durée." François Schneider, procureur d'Alès

Récemment, une grosse opération des forces de l'ordre a conduit à l'interpellation de huit personnes. Quatre ont été écrouées et des mandats d’arrêt émis, 300 grammes d’héroïne saisis, des armes (dont des armes lourdes) ainsi que 5.000 euros. 

Ce type d'opération, complexe à monter, était annuelle. L'idée de cette "cellule opérationnelle", "taper vite, tout azimut et fort", explique le procureur d'Alès, François Schneider. "_Nous taperons à la tête, mais aussi du coté des consommateurs qui alimentent le trafic ou volent pour se payer leur drogue". Également concernées, les prétendues "épiceries de nuit". Parfois, difficile de retrouver "les véritables commanditaires_". Les prête-noms seront désormais eux aussi condamnés à payer les amendes afférentes.

"Il faut que la peur change de camp et que tout cela cesse." Max Roustan, maire LR d'Alès

Ces opérations visant au retour "à la sérénité dans les rues d'Alès", explique le maire Max Roustan, implique des moyens humains supplémentaires. Quelques policiers nationaux pourrait venir soutenir le commissariat d'Alès via le dispositif "Quartier de reconquête républicaine". Le dossier est à l'instruction, confirme le sous-préfet d'Alès, Jean Rampon. De son coté, la Ville devrait déployer d'autres caméras de "sécurisation urbaine" et a déjà recruté huit policiers municipaux supplémentaires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu