Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une centaine de pneus crevés au Havre et à Sainte-Adresse, deux hommes en garde à vue

mardi 5 septembre 2017 à 11:23 Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Une centaine de véhicules a été endommagée volontairement au cours des trois dernières nuits, au Havre et à Sainte-Adresse. Deux individus ont été interpellés en flagrant délit, la nuit passée.

Photo d'illustration : les pneus d'une centaine de véhicules ont été endommagés au Havre et à Sainte Adresse
Photo d'illustration : les pneus d'une centaine de véhicules ont été endommagés au Havre et à Sainte Adresse © Maxppp - Johan BEN AZZOUZ

Le Havre, France

Signalés par un riverain qui a contacté la police, deux individus originaires du Havre ont été quasiment pris la main dans le sac, dans la nuit de lundi à mardi. Placés en garde à vue, les deux hommes de 19 et 22 ans sont soupçonnés d'avoir vandalisé une centaine de véhicules, dans les quartiers de Sanvic, de Graville et à Sainte-Adresse, depuis ce week-end.

Dans leurs poches, au moment de leur interpellation vers 4h du matin, les policiers ont en effet retrouvé des couteaux et des tournevis. Dans la rue de Washington, au Havre, les pneus de 54 voitures ont été crevés en l'espace d'une seule nuit.

Les deux garçons sont connus des services de police pour des petits délits. Quant aux victimes, elles sont évidemment invitées à se faire connaitre. De préférence auprès de leur commissariat de quartier, plutôt qu'au commissariat central qui croule sous les dépôts de plainte depuis trois jours.