Faits divers – Justice

Une centaine de policiers devant le palais de justice de Périgueux

Par Pauline Ben Ali, France Bleu Périgord mercredi 14 octobre 2015 à 15:52

Une centaine de policiers réunis devant le Palais de justice de Périgueux
Une centaine de policiers réunis devant le Palais de justice de Périgueux - Pauline Ben Ali

Les policiers se sont réunis partout en France en solidarité avec leur collègue de la Bac grièvement blessé par un fugitif en Seine-Saint-Denis le 5 octobre dernier.

"Police contre la justice" c'était le mot d'ordre du rassemblement de mercredi midi devant le tribunal périgourdin. Pour la première fois de sa vie, Serge vient manifester. Ce policier de la Bac de nuit de Périgueux a voulu venir par solidarité avec l'un de ses collègues blessé le 5 octobre dernier en Seine-Saint-Denis par un braqueur, "On en a ras le bol de cette justice qui lâche des mecs dehors alors qu'ils devraient être en prison". 

Franck Alberty, délégué Alliance Police Nationale à l'école de police

Tous les agents sont venus sur leurs jours de congés car le droit de grève n'est pas autorisé au sein de la police. Franck Alberty, ancien policier en banlieue parisienne aujourd'hui délégué Alliance Police Nationale à l'école de police de Périgueux, dénonce des conditions de travail inacceptables "Les policiers sont de plus en plus mobilisés, pour le plan Vigipirate, bientôt pour la COP 21 (conférence internationale sur le climat à Paris en novembre), l'Euro 2016, on est en sous-effectifs, donc on est au bord de l'implosion". 

Un appel au rassemblement lancé par tous les syndicats de police - Aucun(e)
Un appel au rassemblement lancé par tous les syndicats de police - Pauline Ben Ali

"Il nous manque des véhicules, de l'armement, on voit bien que l'on n'a pas les même armes que les bandits en face nous" lance Cyril Leyma, policier à Bergerac. L'agent dénonce aussi l'insalubrité des commissariats, comme celui de Bergerac. Moyens insuffisants, augmentation des violences contre les policiers, multiplication des missions, des problèmes que dénoncent tous les policiers interrogés, même "Les gilets par balles sont vieillissants" lance le policier bergeracois.