Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Une chercheuse de l'université de Lille en garde à vue après la conférence empêchée de François Hollande

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Une chercheuse en sciences politiques de l'université de Lille a été placée brièvement en garde à vue ce jeudi pour avoir refusé un prélèvement d'empreintes digitales. Elle avait été convoquée le matin pour être entendue après l'annulation de la conférence de François Hollande en novembre.

Une chercheuse de l'université de Lille placée brièvement en garde à vue ce jeudi.
Une chercheuse de l'université de Lille placée brièvement en garde à vue ce jeudi. © Radio France - Stéphane Barbereau

Des étudiants et enseignants-chercheurs se sont retrouvés ce jeudi soir devant le commissariat central de Lille pour demander la libération d'une chercheuse de l'université placée en garde à vue. Elle était convoquée le matin même dans le cadre de l'enquête sur l'envahissement le 12 novembre d'un amphithéâtre où François Hollande devait donner une conférence. 

Ayant refusé de se livrer à un prélèvement d'empreintes digitales, elle a alors été placée en garde-à-vue puis relâchée en début de soirée. Après l'annulation de la conférence de François Hollande, l'université de Lille avait déposé une plainte contre X pour intrusion, dégradations et violences physiques. L'ancien président n'était pas présent lorsqu'une centaine de personnes a investi l'amphithéâtre.

Selon un enseignant-chercheur présent sur place, une motion de censure a été votée à l'unanimité afin que l'université de Lille retire sa plainte. L'intrusion dans l'amphithéâtre s'est déroulée quatre jours après l'immolation par le feu d'un étudiant à Lyon, dénonçant la précarité étudiante et visant notamment François Hollande. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu