Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une chienne de cinq ans retrouvée maltraitée et carbonisée à Cournonterral

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Le 19 septembre dernier le cadavre partiellement carbonisé d'une chienne était retrouvé sur un terrain à Cournonterral (Hérault). L'autopsie confirme que l'animal a été victime d'actes de cruauté.

Le chienne était une Bauceronne âgée de 5 ans (illustration)
Le chienne était une Bauceronne âgée de 5 ans (illustration) © Maxppp -

Cournonterral, France

Le mercredi 19 septembre dernier, une habitante découvre en bordure de sa propriété  à Cournonterral le cadavre partiellement carbonisé d'une chienne. Cette femme, membre bénévole de l'association "Help Doggy" basée notamment à Sète prévient le vétérinaire de la commune qui effectue les premières constatation. Puis la SPA est saisie et demande une autopsie. Ce mardi, le laboratoire a rendu son rapport et les conclusions son édifiantes. 

La chienne n'a pas été percutée par une voiture, il ne s'agit pas d'un accident de voiture, cela ne colle pas avec les lésions constatées, localisées aux côtes : 12 côtes cassées. Il s'agit sans aucun doute de coups portés volontairement sur l'animal. "Cela peut-être des coups de pieds, des coups de matraque, mais ça ne peut pas être un accident de voiture", explique Annie Bénézech, la directrice de la SPA de l'Hérault.

La chienne a été retrouvée enveloppée dans un tissu particulièrement inflammable, des tissus imbibés d'essence ont aussi été retrouvés à côté du corps. "Il y avait véritablement volonté de faire disparaître le corps", ajoute la SPA. L'autopsie n'a cependant pas permis de déterminer si la chienne était morte avant d'être brûlée. 

On est vraiment tombé très bas. Je n'ai pas de mots, personne ne peut comprendre. Si en plus elle a été brûlée vive, c'est une horreur."

La chienne était pucée, une puce qui n'a pas fondu sous la chaleur, son propriétaire a donc été identifié. Il affirme être totalement étranger à la mort de sa chienne. Il sera sans aucun doute convoqué prochainement par les gendarmes puisque la SPA a maintenant porté plainte.

La SPA et "une niche pour tous" ont porté plainte avec le soutien de l'avocate marseillaise Maître Isabelle Terrin spécialisée dans la défense de la cause animale.