Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une compagnie de CRS attendue dimanche soir à Joué-les-Tours après une nouvelle nuit de violence

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Une compagnie de CRS est attendue dans la soirée de dimanche à la Rabière à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire) après une nouvelle nuit de violences. Dix voitures ont été incendiées et les policiers ont été pris à partie lors de leur intervention pour sécuriser les pompiers. Une enquête a été ouverte.

Dix voitures ont été incendiées dans la nuit de samedi à dimanche, dans le quartier de la Rabière à Joué-les-Tours.
Dix voitures ont été incendiées dans la nuit de samedi à dimanche, dans le quartier de la Rabière à Joué-les-Tours. - D.R.

Joué-lès-Tours, France

Une nouvelle nuit de violences dans le quartier de la Rabière à Joué-les-Tours. Dix voitures ont été incendiées dans la nuit de samedi à dimanche dans plusieurs rues du quartier et les policiers venus sécuriser l'intervention des pompiers ont été pris à partie par des jeunes. 

Ils ont essuyé des jets de projectiles de toute nature comme des pavés ou des cocktails Molotov , une soirée sous tension qui s'est déroulée entre 1h30 et 5h15 du matin et qui n'a pas fait de blessé. 

La préfecture d'Indre-et-Loire a décidé de faire appel à des renforts de sécurité, une compagnie de CRS doit arriver dans le quartier dans la soirée de dimanche et devrait rester deux jours, le temps d'un retour au calme comme l'explique Philippe François le sous-préfet de Loches qui est de permanence préfectorale ce weekend : "Le fait marquant de cette nuit de violences c'est qu'il y a eu des tentatives d'affrontement avec les policiers et cela indépendamment de la casse de mobilier urbain ou des voitures brûlées. Il a été retrouvé sur place des pavés, bouteilles, cailloux et cocktails Molotov ce qui a rendu la situation extrêmement tendue dans le quartier. Une compagnie de CRS doit arriver sur place, ce sera deux jours dans un premier temps pour voir comment évolue la situation".

Les CRS habitués désormais à venir faire du maintien de l'ordre à Joué-les-Tours

Le mois dernier déjà il y avait eu des renforts de CRS à la suite notamment de l'incendie du chalet, un centre d'accueil et de loisirs. Il y a eu aussi mardi dernier l'agression d'un agent de sécurité au centre aquatique Bulle d 'O et puis on se souvient des 70 voitures brûlées en l'espace de deux mois entre le 31 octobre et début janvier, là aussi les CRS étaient venus dans le quartier de la Rabière durant les fêtes de fin d'année. 

Ce quartier comme celui du Sanitas à Tours et la Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps a été récemment retenu par le gouvernement comme Quartier de Reconquête Républicaine (QPR), des policiers supplémentaires doivent y être nommés pour la rentrée de septembre. En tout ce sont environ 20 000 personnes qui vivent dans ces trois quartiers, des habitants qui aspirent à plus de tranquillité. 

Depuis la fin octobre, la violence et le chaos perdurent à la Rabière. Trop, c’est trop.  - Le maire de Joué-les-Tours, Frédéric Augis

Dans un communiqué, le maire de Joué-les-Tours, Frédéric Augis, dit comprendre l'exaspération des habitants. J’en appelle solennellement aux autorités  préfectorales et judiciaires pour qu’ensemble, la mobilisation des  forces publiques soit à la hauteur de l’enjeu : mettre fin à cette  escalade de violence qui, si rien n’est fait, pourrait déboucher sur une  issue dramatique.   J’en appelle à l’ensemble des acteurs politiques  associatifs et institutionnels de notre belle ville : vous êtes, nous  sommes les garants de la paix et de la concorde qui doit régner au sein  de notre cité.   Chacun et chacune d’entre nous doit porter en lui les  messages d’apaisement et de respect qui, nous l’espérons tous,  ramènerons le calme dans nos quartiers. C’est notre responsabilité  collective.