Faits divers – Justice

Une comptable détourne 240.000 euros de chèques dans son entreprise de BTP à Malataverne

Par Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 24 mars 2015 à 17:32

La grande salle d'audience du palais de Justice de Valence.
La grande salle d'audience du palais de Justice de Valence. © Stéphane Milhomme - Radio France

Deux ans de prison dont un avec sursis. C'est la condamnation dont a écopé une femme de 41 ans. Cette comptable a détourné pour plus de 240.000 euros de chèques et fait des faux en écriture dans la société de BTP de Malataverne, dans la Drôme, où elle travaillait. Son patron l'employait en toute confiance. Il a déclaré être "tombé de haut".

C'est une grosse entreprise de BTP de Malataverne qui réalise cinq millions d'euros de chiffre d'affaires et travaille depuis le premier jour avec cette comptable âgée aujourd'hui de 41 ans. Un jour, un client vient se plaindre au directeur : "vous n'avez pas le certificat Qualibat", il est pourtant obligatoire pour un chantier.Le responsable ne peut le croire car il a confiance en sa comptable qui devait s'occuper du dossier. Puis, de fil en aiguille, il se rend compte qu'elle a encaissé des chèques... 92 chèques... sur son compte personnel... un détournement de 242.000 euros.

"Je ne comprends pas pourquoi elle a fait cela"

En garde à vue, l'employée nie, avant de reconnaître ses négligences et les détournements pendant près de sept ans. La prévenue n'est pas présente au procès, prétextant des problèmes de santé.

Alors le tribunal interroge le chef d'entreprise : "je ne comprends pas pourquoi elle a fait cela, sans doute pour nuire à la société" a délcaré le patron, "je suis tombé de haut" avoue-t-il.** L'avocat de l'entreprise, lui, s'interroge sur le travail de l'expert comptable et du commissaire aux comptes qui n'ont rien vu dans la comptabilité.

"Le chef d'entreprise a été trahi"

Le procureur de la République considère que l'employée a "abusé de la confiance donnée, le chef d'entreprise a été trahi" . Il a requis deux ans de prison à son encontre et bien sûr le remboursement des sommes détournées.

Le tribunal a condamné la comptable à deux ans de prison, mais a constaté que des faits sont prescrits. Elle ne devra donc rembourser "que" la moitié des sommes détournées, soit 149.000 euros pour les derniers chèques détournés jusqu'à son interpellation.