Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une comptable soupçonnée d'avoir détourné 230.000 euros en 9 mois des comptes d'une société d'Oloron

vendredi 8 décembre 2017 à 6:02 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu

INFO FRANCE BLEU BEARN : une femme de 40 ans a été mise en examen pour escroquerie. Elle a détourné 230 000 euros des comptes de son employeur : la société de travaux publics Bordatto à Oloron.

Les suspects ont été gardés à vue dans les locaux de la PJ à Pau
Les suspects ont été gardés à vue dans les locaux de la PJ à Pau © Radio France - Daniel Corsand

Oloron-Sainte-Marie, France

Une oloronaise de 40 ans et ses parents ont été mis en examen ce jeudi par un juge d'instruction de Pau. La première pour escroquerie, ses parents pour recel d'escroquerie. Les trois ont été remis en liberté après leur garde à vue sous contrôle judiciaire.  Cette femme est la comptable de la société de travaux public Bordatto à Oloron. Elle est soupçonnée d'avoir détourné depuis Mars, en 9 mois donc, la somme de 230 000 euros.

Pas de primes de Noël

Ces 230 000 euros représentent 6 mois d'activité de cette société d'une trentaine de salariés. Le patron a dors et déjà prévenu le personnel qu'il n'y aura pas de prime de Noël cette année. Les dirigeants sont trop sur les chantiers pour regarder tous les jours les comptes de l'entreprise. C'est la banque qui a signalé les anomalies qui se sont révélées être de vrais détournements de fond. La comptable a crée un faux compte de fournisseur sur lequel elle a viré de l'argent de l'entreprise. Ce compte était le sien en réalité. 

La grande vie mais à crédit

Les trois mis en examen ont reconnu les faits, même si les parents nient qu'ils savaient l'origine cet argent miraculeux. En réalité, la famille croule sous les crédits à la consommation. C'est ce qui a provoqué cette escroquerie assez grossière finalement. Elle est célibataire et vit avec ses parents retraités. Les parents ont d'ailleurs une bonne retraite et elle un salaire de 2400 euro par mois. Elle a même été augmentée il y a deux ans, c'est dire si elle avait la confiance de son patron. Toute la famille vit grand train, mais à crédit. Des crédits à la consommation pour financer entre autres des voyages ou des voitures. Ils en ont 4. Il y a tellement de traites que les parent doivent rembourser 15 000 euros par mois et la comptable 4000 euros mensuel. Ça devenait intenable forcément.