Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une conférence sur les violences faites aux femmes à l'Université de Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Sensibiliser les étudiant(e)s aux violences faites aux femmes. C'est l'objectif de la conférence organisée lundi 25 mars sur le site Vauban de l'Université de Nîmes. C'est une étudiante en 3e année d'AES qui en est à l'initiative. Son amie, âgée de 20 ans a été tuée par son compagnon il y a 2 ans.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Frédéric Dugit

Elodie Jeanjean est en troisième année en Administration Economique et Sociale à l'Université de Nîmes. Et depuis deux ans, elle ne se remet pas de la mort de son amie. Une jeune femme de 20 ans, tuée par son compagnon. Un drame qui l'a profondément marqué. "On s'en est vraiment rendu compte, la veille de son décès. Je me suis dit, si on ne fait rien ça va mal finir. J'ai l'impression de l'avoir envoyée à la mort. J'ai énormément de culpabilité." Aujourd'hui, elle souhaite que ces violences ne restent plus un tabou. Elle organise donc une Conférence ce lundi 25 mars sur le site Vauban. Avec ce titre : " les violences conjugales : vers la fin d'un tabou ?"  

" J'ai l'impression que les étudiants ne se sentent pas concernés. On est insouciant, on est jeune, on se dit que ça ne nous arrivera pas. Mais si, du jour au lendemain, tout peut bousculer. 

Elodie Jeanjean, l'étudiante à l'origine de la conférence

Déjà 30 femmes tuées par leur conjoint depuis début 2019

Depuis le début de l'année, en France, ce sont déjà plus de 30 femmes qui sont mortes sous les coups de leur conjoint selon des chiffres publiés le 15 mars 2019. Des victimes qui ont souvent du mal à porter plainte. C'est  le cas notamment lorsqu'elles vivent avec un pervers narcissique. 

"Il est très difficile de dire, je suis victime de violences depuis 3,4 ans, 5 ans. Parce qu'en face, il va y avoir le regard de la famille, des amis, des autorités qui vont nécessairement dire : mais enfin, pourquoi tu n'es pas partie plus tôt ?" 

Me Hélène Mordacq, avocate et présidente de l'association Via Femina Fama

Faire de la prévention des l'école primaire

Parler reste très compliqué. Il faut donc faire de la prévention, dans les écoles, les collèges , les lycées ou à la fac. " Il faut expliquer aux jeunes que ce n'est pas une fatalité. Il faut que la jeune fille sache que l'attitude de la personne en face d'elle n'est pas adaptée et qu'elle sache y répondre" explique Me Hélène Mordacq, avocate à Nîmes et présidente de l'association Via Femina Fama qui accueille des femmes victimes de violences. 

"Une main aux fesses ça n'est pas acceptable ! "

"Les violences conjugales : vers la fin d'un tabou ? " C'est le titre de la conférence proposée lundi 25 mars, de 9h à 12h30 sur le site Vauban de l'Université de Nîmes. Avec une avocate, une magistrate, une psychologue clinicienne, une sage femme et l'association nîmoise Via Femina Fama. Elodie Jeanjean espère qu'elle sera l'occasion de nombreux échanges avec les étudiant(e)s. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess