Faits divers – Justice

Une nouvelle construction illégale détruite dans le Var

Par Claire Bargelès, France Bleu Provence mardi 13 septembre 2016 à 17:57

La démolition coûtera environ 30 000 euros, avancés par l'Etat.
La démolition coûtera environ 30 000 euros, avancés par l'Etat. © Radio France - Claire Bargelès

Une habitation illégale en béton ainsi que des hangars, construits en pleine forêt de Saint-Martin-de-Pallières, près de Rians (Var), ont été démolis ce mardi matin par les services de l'État.

Une nouvelle démolition sur décision de justice s'est déroulée ce mardi dans le Var. La construction se trouvait dans la forêt de Saint-Martin-de-Pallières, à quelques kilomètres du village de 300 habitants, près de Rians.

Les ouvriers doivent démolir la construction mais aussi nettoyer tous les déchets. - Radio France
Les ouvriers doivent démolir la construction mais aussi nettoyer tous les déchets. © Radio France - Claire Bargelès

Le propriétaire d'une partie du terrain, un homme de 70 ans, est décédé l'année dernière. Mais pendant les 25 dernières années, il a vécu sur un hectare de terrain non constructible, en zone naturelle boisée, dont une partie appartient à la commune.

Il y a construit une habitation en béton, et installé des hangars en tôle. Et il se servait du sous-bois pour entreposer des véhicules pour son activité de ferrailleur.

A l'intérieur du bâtiment, une quantité d'objets amoncelés - Radio France
A l'intérieur du bâtiment, une quantité d'objets amoncelés © Radio France - Claire Bargelès
De nombreuses carcasses de voitures abandonnées se trouvent sur la propriété. - Radio France
De nombreuses carcasses de voitures abandonnées se trouvent sur la propriété. © Radio France - Claire Bargelès

Il a été condamné à la démolition de ces ouvrages en 1996 par le tribunal correctionnel de Draguignan. Un jugement confirmé par la cour d'appel d'Aix-en-Provence, en 1999. Mais depuis, rien.

Une découverte étonnante  

La pelleteuse commence son travail de démolition en détruisant les hangars.

Mais très vite elle s'arrête. Et les ouvriers ont la surprise de constater qu'en dessous de l'amas d'objets amoncelés, l'ancien propriétaire a aménagé un sous-sol en béton, de plusieurs mètres de profondeur.

Surprise de la démolition : il existe un sous-sol sous le bâtiment. - Radio France
Surprise de la démolition : il existe un sous-sol sous le bâtiment. © Radio France - Claire Bargelès

A l'intérieur, d'autres objets entreposés. Et même des bouteilles de vin... de 1994 !

Découverte surprenante dans le sous-sol de la construction illégale. - Radio France
Découverte surprenante dans le sous-sol de la construction illégale. © Radio France - Claire Bargelès

"Nous serons malheureusement obligés de les détruire, avec le reste de la construction" s'amuse Serge Lhotellier, le responsable du service juridique de la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer), en charge de la démolition.

La démolition prendra environ une semaine et coûtera près de 30 000 euros, avancés par l'État. Une somme que la DDTM espère récupérer auprès des deux fils du propriétaire.

La préfecture du Var en guerre contre les constructions illégales

L'État, à travers la DDTM, a la charge d'exécuter la décision de justice et peut aller jusqu'à exercer d'office la démolition, si les personnes condamnées ne le font pas. C'est dans le Var que cela a été fait pour la première fois en France, en 1992, sur l'île de Porquerolles.

Depuis, la préfecture du Var a toujours été très attentive aux constructions illégales. Il y a deux ans, elle a établi une liste de 40 constructions illégales à démolir. Dix-huit ont déjà été détruites.

Les types de constructions illégales visés sont variés. En 2013, c'est une villa qui a été démolie à Ramatuelle. Cette année, l'ancienne boîte de nuit "La Playa" à Fréjus a elle aussi été détruite, tout comme une exploitation agricole illégale à Gonfaron. La préfecture du Var a un objectif de six démolitions par an.