Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une course à 230 euros entre Roissy et Paris : un taxi malhonnête épinglé par des confrères

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un chauffeur de taxi a facturé 230 euros pour un trajet entre l'aéroport Charles de Gaulle et le Xe arrondissement de Paris à deux touristes d'affaires hongkongais. Une association de taxis dénoncent cette escroquerie et souhaite porter plainte.

Lumineux d’un taxi parisien libre attendant un client, allumé en vert. mars 2019.
Lumineux d’un taxi parisien libre attendant un client, allumé en vert. mars 2019. © Radio France - Aurélien Accart

Le 1er janvier 2021, en fin d'après midi, deux touristes d'affaire hongkongais sont pris en charge par un taxi à l'aéroport Charles De Gaulle de Roissy pour une course à destination de leur hôtel, situé dans le Xe arrondissement de Paris. Selon le tarif réglementé en vigueur, la facture aurait dû s'élever à 53 euros mais au lieu de cela, le chauffeur réclame 230 euros à ses deux passagers. 

Les deux touristes, conscients de se faire arnaquer mais intimidés, ont bien payé la somme demandée. Quelques jours plus tard, ils publient un commentaire virulent sur la page facebook de l'association "Les nouveaux taxis parisiens" qui relaie l'affaire. 

"Les nouveaux taxis parisiens", association créée en 2014 pour "redorer l'image de la profession" a pu identifier le taxi racoleur et assure qu'il s'agit bien d'un vrai taxi et qu'il s'agit d'un habitué de ces arnaques. Elle a l'intention de porter plainte contre lui pour atteinte à l'image de la profession. "Il y en a assez de ces voyous", s'agace Jean Barreira, président des "Nouveaux taxis parisiens", conscient qu'une "minorité de chauffeurs ruine les efforts de toute une profession pour améliorer sa qualité de service". "Le problème, c'est que le gouvernement ne fait rien pour mettre fin à l'anarchie qui règne à Paris", regrette Jean Barreira.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess