Faits divers – Justice

Une course-poursuite avec la police sur 45 kilomètres dans le Loiret : trois ans de prison ferme

Par Eric Normand et Christophe Dupuy, France Bleu Orléans mercredi 19 octobre 2016 à 17:30

3 ans de prison ferme pour des vols et une course-poursuite avec la police
3 ans de prison ferme pour des vols et une course-poursuite avec la police © Radio France - Anne Oger

Le tribunal correctionnel d'Orléans a prononcé une peine de 3 ans de prison ferme à l'encontre d'un homme de 33 ans à l'origine d'un vol avec violence. S'en était suivi une course-poursuite à vive allure avec trois véhicules de police, le tout sur quarante-cinq kilomètres.

Le tribunal correctionnel d'Orléans a condamné à 3 ans de prison ferme un homme de 33 ans. Le mois dernier, avec 4 mineurs à bord de sa voiture, il avait provoqué une course-poursuite avec la police après avoir dérobé de l'argent et des téléphones portables à des jeunes qui sortaient de discothèque. La poursuite avait duré plusieurs dizaines de kilomètres entre Fleury-les-Aubrais et Combreux à 180 kilomètres/heures et même 200 par moment. Trois véhicules de police et le renfort des gendarmes de Châteauneuf-sur-Loire avaient été nécessaire pour le stopper.

Une agression et une course-poursuite de 45 kilomètres

Les policiers ont même été obligés de briser les vitres du véhicule pour maîtriser le conducteur. Tout a commencé vers une heure du matin Avenue de la Libération à Fleury. Un groupe de jeunes est pris à parti à la sortie d’une discothèque par cinq occupants d’une Golf. Une victime est projetée à terre, molestée, son téléphone portable lui est dérobé. Géo localisé, il permet de retrouver la voiture, c'est alors que débute le rodéo. "Le prévenu a pris tous les risques" s’insurge l’avocate des policiers. Des risques pour ses passagers, pour les usagers de la route, un cycliste a failli être renversé, les forces de l’ordre ont dû éviter plusieurs embardés du véhicule des fugitifs. "C'était un véritable commando" selon le procureur, mis en place par cet homme déjà condamné à 13 reprises et qui emploie des mineurs pour dépouiller les personnes. Son défenseur a beau souligné une procédure quelque peu bâclée, le tribunal est allé plus loin que le parquet qui avait réclamé deux ans de prison.

Partager sur :