Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une course poursuite pour échapper aux gendarmes de la Somme... après avoir braconné un faisan !

vendredi 24 novembre 2017 à 10:39 Par Claudia Calmel, France Bleu Picardie

Cet homme de 55 ans a dû s'expliquer, ce jeudi, devant le tribunal correctionnel d’Amiens. Les faits se sont produits il y a trois semaines à Vers-sur-Selles. Le prévenu a tiré sur l’oiseau depuis sa voiture, façon safari.

Un faisan (image d'illustration)
Un faisan (image d'illustration) © Maxppp - Christian Watier

Vers-sur-Selles, France

Il a commis sept infractions en moins de dix minutes. Une « performance » soulignée dès le début de l’audience par le président du tribunal. Le 4 novembre, au beau milieu de l’après-midi Pascal, le prévenu, est pris d'une subite envie de chasser : « de tirer un faisan en plaine », explique-t-il aux juges. Pascal se gare donc près d'un champ et tire. Trois fois. Sans descendre de sa voiture. Ce qui est interdit par les règles élémentaires de la chasse. ll touche un coq-faisan, le met dans son coffre et rentre chez lui.

Sur le retour, il tombe sur des gendarmes en plein contrôle routier. Et là, panique à bord : Pascal n'a pas de permis de chasse et pas non plus d'autorisation pour utiliser cette arme qui appartient à son frère.

Il fait donc demi-tour et tente de semer les gendarmes qui le poursuivent, tous gyrophares dehors. Pascal jette alors la carabine par la fenêtre de sa voiture au beau milieu de la D138 et roule à grande vitesse jusqu'à Saleux : les gendarmes préciseront qu’il était à environ 80 km/h quand il est arrivé dans le bourg. Le prévenu se retrouve finalement bloqué à un feu rouge par une voiture. C'est là qu’il est interpellé. Il passera, par la suite, 24 heures en garde à vue. Et sa voiture lui sera confisquée : un véhicule toujours immobilisé à ce jour. Lors de la perquisition de son domicile, les gendarmes tomberont sur une dizaine d’armes anciennes entreposées dans un coffre-fort. «Elles étaient au grand-père de ma femme. Je les ai trouvées quand j’ai fait des travaux dans la maison, mais je ne m’en suis jamais servi ».

"Ça fait beaucoup, non, pour un faisan ?"

Le président du tribunal est abasourdi par la tournure qu’ont pris les évènements. "Ça fait beaucoup, non, pour un faisan ? Vous auriez pu tuer quelqu'un ! Un enfant aurait pu ramasser la carabine que vous avez lancée par la fenêtre…" Le prévenu regarde ses chaussures et retient parfois ses larmes. Il ne comprend pas ce qui lui a pris, lui qui n'a jamais eu à faire à la justice : « C’est un cauchemar, j’ai paniqué. Depuis cette histoire, je ne dors plus, je dois prendre des médicaments. J’y pense tout le temps. »

La procureure demande 6 mois de prison avec sursis, plus de 1200 euros d’amende, une interdiction de droit de chasser et de port d’armes pendant 5 ans et une confiscation définitive de sa voiture.

Le tribunal le condamne finalement à deux mois de prison avec sursis et à trois mois de suspension de permis de conduire.