Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le jeune de Vitrolles qui prétendait avoir été agressé à cause de sa croix a tout inventé

vendredi 26 août 2016 à 15:45 - Mis à jour le vendredi 26 août 2016 à 16:21 Par Victoria Koussa, France Bleu Provence

Le jeune de 22 ans qui affirmait avoir été violemment agressé jeudi soir à Vitrolles (Bouches-du-Rhône) a tout inventé. Il avait raconté que quatre agresseurs lui avaient reproché de porter la croix chrétienne autour du cou.

Motif religieux ou pas, un jeune homme agressé pour son collier à Vitrolles.
Motif religieux ou pas, un jeune homme agressé pour son collier à Vitrolles. - CC by David Monniaux

Vitrolles, France

Le jeune a tout inventé. Ce garçon qui affirmait avoir été agressé pour un signe religieux (un pendentif représentant la croix chrétienne) porté dans la rue avait menti aux enquêteurs avant de se rétracter.

Scénario mensonger

Selon son scénario, les quatre agresseurs s'en seraient pris à lui, d'abord en l'insultant et en le traitant d'"ignorant", puis en lui reprochant le port de sa croix.

Ensuite, ils l'auraient fait chuter au sol avant de le frapper et de lui arracher sa chaîne et son pendentif. Il a été transporté à l'hôpital, mais son pronostic vital n'est pas engagé. Il a cependant porté plainte.

Le motif de son mensonge serait la volonté de cacher une rixe de droit commun.

Le maire a tout de suite calmé le jeu

Le maire de Vitrolles Loïc Gachon a rapidement appelé à la prudence. Questionné par France Bleu Provence, il a dit vouloir éviter "la surenchère, surtout en ce moment".

L'édile parle d'un simple "arrachage de collier sans motif religieux" qui aurait été traité comme tel par la police, comme "un vol avec violence", les éléments aggravants n'étant, pour lui, pas avérés.