Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une délégation d'avocats mayennais à Nantes ce mercredi, pour protester contre la réforme de la justice

mercredi 12 décembre 2018 à 4:01 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Les avocats mayennais sont de nouveau en grève ce mercredi. Les audiences seront reportées à Laval, au palais de justice mais aussi au tribunal de commerce, au tribunal des référés, et au tribunal pour enfants. Les avocats mayennais protestent contre la réforme de la Justice.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Maxppp - MATTHIEU BOTTE

Laval, France

Ce sera bien calme, encore ce mercredi, au tribunal de Laval. Les avocats du barreau de Laval font la grève des audiences, ils protestent encore et toujours contre la réforme de la Justice. C'est leur sixième journée de grève depuis le début de l'année.

Les audiences seront reportées à Laval, au palais de justice, mais aussi au tribunal de commerce, au tribunal des référés, et au tribunal pour enfants. 

Une délégation d'avocats mayennais se rend ce mercredi matin à 11h, devant la Préfecture de région à Nantes, pour un rassemblement de l'ensemble des avocats de la région, des treize barreaux réunis.

"C'est toujours la même méthode, venez dialoguer, parlez, on vous écoute mais de toute façon on fera ce qu'on voudra".

Le bâtonnier du barreau de Laval, maître Eric Cesbron, dénonce le manque de concertation et de dialogue de la part du gouvernement.

"Le gouvernement et la majorité s'opposent non seulement à tous les amendements présentés par l'opposition, mais également les amendements qui ont été déposés au nom de la profession d'avocats. Alors que nous sommes force de proposition, que cette réforme de la Justice nous la souhaitons depuis des années. Nous avons notre mot à dire, et nous avons de bonnes idées".

Malgré cette nouvelle grève, l'Assemblée nationale a voté dans la nuit de mardi à mercredi le projet de loi sur la justice. Le texte a été adopté en première lecture par 88 voix contre 83.  Les oppositions de droite et de gauche, qui ont toutes voté contre, ont déploré l'absence d'un vote solennel à une heure décente pour un texte aussi important, parlant d'une adoption "en catimini".

Le projet de loi avait été voté par le Sénat le 23 octobre dans une version largement réécrite.  Députés et Sénateurs vont maintenant tenter de s'accorder sur un texte commun en commission mixte paritaire. À défaut, une nouvelle lecture sera organisée dans les deux chambres avant une adoption définitive à une date encore indéterminée. 

"Mon ambition est simple : je souhaite que les Français se sentent protégés, écoutés, pris en considération par l'ensemble de notre système judiciaire", avait lancé la Garde des Sceaux Nicole Belloubet à l'ouverture des débats.