Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une dentiste d'Angoulême condamnée à trois ans de prison avec sursis pour avoir "charcuté" ses patients

mardi 30 octobre 2018 à 17:16 Par Julien Fleury, France Bleu La Rochelle

La praticienne se voit également interdire d'exercer sa profession, et toute activité commerciale. Elle devra indemniser ses 22 victimes qui l'ont poursuivi pour des actes inutiles ou dangereux. Une provision de 30.000 euros a été débloquée par le tribunal.

Les avocats des parties civiles avaient dénoncé "une boucherie", "un massacre". Photo d'illustration
Les avocats des parties civiles avaient dénoncé "une boucherie", "un massacre". Photo d'illustration © Maxppp - Alexandre Marchi

Angoulême, France

Lors de l'audience qui s'est tenue en août dernier, les avocats de ses victimes avaient dénoncé une "boucherie", un "massacre". La dentiste roumaine jugée devant le tribunal correctionnel d'Angoulême a écopé mardi après-midi de trois ans de prison avec sursis, et d'une interdiction d'exercer sa profession, ainsi que toute activité commerciale.

La praticienne aujourd'hui installée sur la Côte-d'Azur est condamnée pour des actes inutiles ou dangereux réalisés sur ses patients, dont 22 se sont constitués partie civile. Ces derniers obtiennent une provision de 30.000 euros, en attendant une audience civile en septembre 2019 qui déterminera leur préjudice.

15 dents saines arrachées sans raison

Les faits remontent aux années 2010 à 2012. Installée en plein centre d'Angoulême, la dentiste avait par exemple arraché 15 dents saines à un patient qui se plaignait d'une incisive douloureuse. Elle avait opéré un autre dans sa cuisine et non dans son cabinet. Des interventions souvent sans anesthésie, ce qui avait provoqué plusieurs évanouissements à son cabinet.

Les caisses de sécurité sociale lui réclament également des remboursements pour des actes imaginaires. Des accusations que la dentiste avait niées en bloc lors de l'audience.