Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une détenue se suicide à la prison de La Talaudière

lundi 24 décembre 2018 à 19:36 Par Véronique Narboux, France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu et France Bleu Vaucluse

Une détenue de 23 ans a été retrouvée morte, dans sa cellule du centre pénitentiaire de La Talaudière (Loire). Ce sont les surveillants qui ont découvert le corps lundi au petit matin en effectuant leur ronde. Selon les premières constatations, la jeune femme se serait pendue.

La jeune détenue a été retrouvée morte dans sa cellule de la Talaudière, vraisemblablement décédée par pendaison
La jeune détenue a été retrouvée morte dans sa cellule de la Talaudière, vraisemblablement décédée par pendaison © Maxppp - Claude Essertel

La Talaudière, France

Une détenue de 23 ans a été retrouvée morte lundi, dans sa cellule du centre pénitentiaire de La Talaudière. Ce sont les surveillants qui ont découvert le corps, au petit matin, en effectuant leur ronde. Selon les premières constatations, la jeune femme se serait donné la mort par pendaison. Mais il faudra attendre l'autopsie de jeudi pour confirmer - ou pas - cette hypothèse. 

Selon le syndicat de surveillants UFAP, la jeune femme, qui occupait un emploi d'auxiliaire d'étage dans la prison, ne semblait pas dépressive. L'avocat de Carmen B., lui, se dit abasourdi. Maître Serge Billet explique qu'il avait rencontré sa cliente la semaine dernière et qu'elle faisait des projets d'avenir. 

Un geste sans explication pour l'avocat de la détenue

Carmen avait été condamnée à huit ans de réclusion criminelle le 9 octobre dernier pour avoir tué son père, en avril 2016, sur fond de violences familiales. Les assises du Gard avaient reconnu qu'il ne s'agissait pas d'un meurtre mais de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Carmen pouvait donc espérer une libération conditionnelle à partir du printemps 2019. 

Alors pourquoi ce geste, s'il s'agit bien d'un suicide ? Une source interne à la prison évoque une relation amoureuse avec une autre détenue qui aurait mal tourné. Mais là encore, pas de certitude. L'enquête devra établir les circonstances de la mort.