Faits divers – Justice

Une dizaine de migrants retrouvés dans un camion à Saint-Sauveur-le-Vicomte dans la Manche

Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Cotentin mercredi 30 septembre 2015 à 18:15

Les migrants étaient cachés dans un camion en provenance d'Allemagne.
Les migrants étaient cachés dans un camion en provenance d'Allemagne. © Maxppp - Maxppp - Samuel Uguen

Onze syriens, dont trois enfants, ont été retrouvés dans un camion venu livrer l'entreprise Siff à Saint-Sauveur-le-Vicomte, dans la Manche, ce mardi matin. Ils avaient fuit leur pays quinze jours auparavant pour tenter de gagner l'Angleterre.

C'est un chargement très particulier qu'a découvert un chauffeur roumain dans son camion, ce mardi matin. L'homme livre du plastique à l'entreprise Siff, située à Saint-Sauveur-le-Vicomte, dans la Manche. Mais quand il ouvre les portes de son camion, il découvre onze migrants à l'intérieur : deux femmes, six hommes et trois enfants, âgés de 7, 8 et 9 ans. La PDG de l'entreprise appelle aussitôt son oncle, Joël Dupont, professeur d'anglais à la retraite et premier adjoint au maire de la commune. Sur place, Joël Dupont est touché par la situation :

Joël Dupont, 1er adjoint au maire de Saint-sauveur-le-Vicomte

Joël Dupont dialogue avec le seul migrant qui parle anglais. Le Syrien lui explique qu'ils ont quitté leur pays il y a quinze jours, pour fuir la guerre. Leur objectif : l'Angleterre. Les gendarmes sont rapidement prévenus de l'incident. Ils se rendent sur place et emmènent les migrants et le chauffeur du camion à la gendarmerie de Saint-Sauveur-le-Vicomte. Une enquête est ouverte par le procureur de la République de Cherbourg : elle est confiée à la police de l'air et des frontières (Paf). Le groupe de migrants est transporté à Cherbourg pour y être auditionné. Le chauffeur, lui, reste à Saint-Sauveur-le-Vicomte. Il est placé en garde à vue parce qu'il est soupçonné d'être un passeur. Il est finalement relâché plus tard dans la soirée. 

C'est une tragédie qui arrive dans le quotidien

A Cherbourg, après avoir été auditionnés, les migrants sont confiés à la préfecture. On leur propose des hébergements, de la nourriture et des aides. Mais les Syriens refusent tout : pour eux, Cherbourg est un point de passage et leur objectif reste l'Angleterre. Ils repartent donc, libres, dans la soirée. 

Pour le maire de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Jacques Regnault, ce triste événement démontre que le conflit syrien n'est pas limité aux frontières syriennes. Il est concret : 

Jacques Regnault, maire de Saint-Sauveur-le-Vicomte