Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une Drômoise condamnée pour avoir escroqué son entreprise et plusieurs banques

vendredi 5 octobre 2018 à 9:16 Par Suzanne Shojaei, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Une habitante de Grignan, dans la Drôme, a été condamnée ce jeudi à 18 mois de prison ferme pour avoir escroqué l'entreprise dans laquelle elle travaillait, ainsi que plusieurs banques. Au total, cette comptable de 47 ans aurait détourné près de 400.000 euros.

Le tribunal de grande instance de Valence
Le tribunal de grande instance de Valence © Radio France - Maxime Bacquié

Grignan, France

La comptable travaillait dans une société de transport basée à Grignan. Elle tenait les comptes de l'entreprise, et c'est ainsi que la drômoise a pu détourner de l'argent pendant trois ans. D'abord elle a profité d'un bug informatique ; elle pouvait remplacer les comptes bénéficiaires des virements de l'entreprise par son propre compte. Sa banque s'en est d'abord aperçue, alors la femme a changé de stratagème par la suite. Mais les mois, les années s'écoulent et près de 400.000 euros sont détournés.  

La comptable s'estime mal payée, elle touche environ 1.200 euros par mois. "Et puis j'avais renégocié des prêts de mon entreprise, explique-t-elle. J'ai simplement récupéré l'argent que je leur ai fait économiser." La mère de quatre enfants ajoute : "En plus, personne ne vérifiait ce que je faisais." 

18 mois de prison ferme

"Donc c'est de la faute de tout le monde, sauf de Madame", ironise l'avocat de l'entreprise. Et le procureur poursuit : "Elle s'estimait mal considérée, alors elle s'est fait justice elle-même."

La prévenue est donc condamnée à 18 mois de prison ferme. Elle doit également indemniser les victimes, son entreprise et certaines banques (Banque populaire Méditerranée et Société générale). Au total, les indemnisations demandées s'élèvent à plus de 260.000 euros.