Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Landes : une école primaire détruite par un incendie criminel et une chapelle saccagée à Saint-Sever

lundi 3 septembre 2018 à 6:50 - Mis à jour le lundi 3 septembre 2018 à 16:42 Par Renaud Biondi-Maugey, France Bleu Gascogne

En ce jour de rentrée scolaire, un tiers de l'école primaire du parc de Toulouzette, à Saint-Sever (40), a été détruit dans un incendie criminel. Une chapelle de la commune a aussi été saccagée dans la nuit.

Une partie de l'école primaire de Saint-Sever a été détruite par les flammes
Une partie de l'école primaire de Saint-Sever a été détruite par les flammes © Radio France - Renaud Biondi-Maugey

Saint-Sever, France

La rentrée scolaire est repoussée à l'école primaire du parc de Toulouzette, à Saint-Sever (Landes). Un incendie a ravagé un tiers de l'établissement scolaire dans la nuit de dimanche à lundi. Il y a eu plusieurs départs de feu à l'intérieur de l'école et l'incendie est d'origine criminelle a appris France Bleu Gascogne de source proche de l'enquête. Des techniciens en identification criminelle de la gendarmerie étaient sur place ce lundi matin pour relever des indices. 

Dans le même temps, dans la nuit de dimanche à lundi, la chapelle Saint-Jean du quartier Péré, à Saint-Sever, a été saccagée par un ou des inconnus. Le livre de messe a été incendié, des croix ont été cassées. 

Des scellés ont été posés sur les portes de l'église Saint-Jean de Saint-Sever - Radio France
Des scellés ont été posés sur les portes de l'église Saint-Jean de Saint-Sever © Radio France - Renaud Biondi-Maugey
L'intérieur de l''église Saint-Jean de Saint-Sever a été saccagée dans la nuit de dimanche à Lundi  - Radio France
L'intérieur de l''église Saint-Jean de Saint-Sever a été saccagée dans la nuit de dimanche à Lundi © Radio France - Renaud Biondi-Maugey

Dans l'école, le feu a pris vers 2h du matin, tôt lundi matin. Une salle de classe, deux bureaux et une salle de garderie ont été détruits. Mais le reste de l'école est également endommagé à cause des fumées, importantes.   Dans la partie de l'école qui n'a pas été incendiée, on a découvert un véritable saccage. Plusieurs ordinateurs ont été cassés, des téléviseurs ont été jetés au sol, une imprimante a été détruite. "Toutes les classes ont été saccagées, tout a été cassé, c'est un acharnement hallucinant" déplore Christophe Sourrouille, le directeur de l'école. 

Rentrée repoussée mais l'accueil des élèves est assuré

Quelques 170 élèves devaient faire leur rentrée ce lundi matin dans cette école primaire, dans des classes allant du CE1 au CM2. Néanmoins, l’accueil des élèves a été assuré ce lundi. Le réfectoire, qui est isolé du bâtiment principal, sera ouvert pour assurer une garderie. L'école risque d'être fermée pendant plusieurs jours. "Il faut qu'on diagnostique l'électricité, la sécurité, les alarmes incendies. Il y aura un long moment avant qu'on puisse réutiliser les locaux" estime le maire de Saint-Sever, Arnaud Tauzin, interrogé par France Bleu Gascogne.

Comment les gendarmes mènent-ils l'enquête ? 

L'enquête est confiée aux gendarmes de la brigade de recherche de Mont-de-Marsan, appuyés par la communauté de brigade de Saint-Sever. Les enquêteurs vont essayer de trouver des empreintes qu'auraient pu laisser les auteurs des faits dans l'école ou dans la chapelle. Une enquête de voisinage sera aussi menée. Et les gendarmes comptent aussi beaucoup sur la vidéosurveillance : la ville est dotée d'un système de caméra.

Plusieurs réactions dans le département

Le maire de Saint-Sever, Arnaud Tauzin, se dit "indigné" ce lundi : "Il y a une volonté de s'en prendre à des symboles forts, d'un côté l'école de la République, de l'autre la religion catholique. On n'est pas habitués à ce genre d’événement sur une commune paisible comme la nôtre.

Le préfet des Landes Frédéric Périssat et le président du conseil départemental des Landes Xavier Fortinon se sont rendus sur place ce lundi.