Faits divers – Justice

Une enseignante brûlée en classe : l'accident dans un lycée de Limoges n'était pas inédit

Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin jeudi 18 mai 2017 à 18:44

La brûlure d'une enseignante en classe de SVT n'était pas un cas inédit
La brûlure d'une enseignante en classe de SVT n'était pas un cas inédit © Maxppp - .

L'accident survenu au lycée Limosin de Limoges, lors duquel une professeur de SVT a été grièvement brûlée, n'est pas une première. Au moins un cas similaire s'est déjà produit lors de la même expérience dans l'Oise. Un syndicat avait alors posé la question de la sécurité du protocole.

L'accident survenu mardi au lycée Limosin de Limoges pose quelques questions. Une professeur de SVT a été grièvement brûlée lors d'une manipulation en travaux pratiques devant ses élèves de seconde, un exercice tout à fait anodin et répertorié dans les programmes. Mais des accidents similaires se sont déjà produits lors de la même expérience ailleurs en France.

Notamment un accident très sérieux dans un lycée de l'Oise en 2013. Une enseignante faisait la même manipulation mais là c'est un élève qui a été grièvement brûlé.

A plusieurs reprises, l'éthanol s'est enflammé

Il s'agissait, comme à Limoges, d'une expérience sur la chlorophylle dans les végétaux pour laquelle il faut faire bouillir de l'éthanol. Ce produit s'est enflammé par accident.

On ne connaît pas encore le pourquoi du comment au lycée Léonard Limosin de Limoges mais il y a 3 ans, dans l'autre établissement, quelques gouttes d'éthanol seraient tombés sur la plaque chauffante. Un embrasement immédiat a suivi ainsi qu'un scénario spectaculaire : une sorte de boule de feu s'est propagée dans la classe par les vapeurs d'éthanol et a frappé un élève à plusieurs mètres.

Ce phénomène n'a pas eu lieu au lycée Limosin mais l'éthanol a bel et bien pris feu.

Depuis l'accident de 2013, certains syndicats d'enseignants posent la question : le protocole de cette expérience est-il suffisamment sécurisé ? alors qu'il est officiellement validé par l'Education Nationale. Certains professeurs demandaient même le retrait de cette expérience.