Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une entreprise de Notre Dame d'Oé condamnée pour homicide involontaire après la mort d'un salarié

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Un ouvrier de 53 ans avait trouvé la mort sur un chantier en 2013 : son employeur est condamné à 15.000 euros d'amende pour homicide involontaire. L'entreprise a la possibilité de faire appel de cette décision rendue mercredi 24 juin par le tribunal de Chalons-en-Champagne, dans la Marne.

Illustration
Illustration © Maxppp - Jean-Marc LOOS/PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

L'entreprise Pieux Ouest basée à Notre Dame d'Oé, au nord de Tours, a été condamnée pour homicide involontaire avant-hier par le tribunal de Châlons-en-Champagne dans la Marne. Cette entreprise experte en fondations spéciales devra verser 15.000 euros d'amende après le décès accidentel d'un de ses salariés sur un chantier il y a sept ans.

Une part de responsabilité

Le drame s'est produit en septembre 2013 sur le chantier d'une résidence châlonnaise, lors du démontage d'une foreuse. La victime a été broyée entre un bras dépliant et un engin de chantier. Même si l'homme n'était pas du coté de la foreuse où il aurait dû se trouver, selon le protocole établi, et même si il ne portait pas de casque au moment de l'accident, la justice estime que l'entreprise porte une part de responsabilité dans cet accident mortel. 

Le parquet avait requis 20.000 euros d'amende. La condamnation est légèrement inférieure : 15.000 euros. Interrogée par l'Agence France Presse, vendredi, l'entreprise ne savait pas encore si elle ferait appel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu