Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'entreprise ravagée par les flammes à Béziers va être démolie

-
Par , France Bleu Hérault

Détruit par un gros incendie dimanche dernier, un bâtiment qui abritait une entreprise de matelas à Béziers va être démoli. La mairie ne veut prendre aucun risque, alors que la structure a largement été fragilisée.

Les trois salariés de l'entreprise Dougados sont au chômage technique
Les trois salariés de l'entreprise Dougados sont au chômage technique © Radio France - Bertrand Queneutte

Béziers, France

Un bâtiment menace de s'effondrer et va être démoli, à Béziers, d'ici mercredi midi. C'est ce qu'annonce la mairie ce lundi suite à l'énorme incendie survenu dimanche, tout près du centre. Au total, trois édifices ont été ravagés, au nord-ouest de la ville : deux logements et une entreprise de matelas. Dans l'urgence, un expert a donc été mandaté par la mairie. 

Ce dernier a évalué le danger et affirme que "le péril est imminent" concernant l'entreprise. La mairie décide donc de le raser avant qu'il ne s'effondre.   

Un nouvel expert, mais cette fois judiciaire, doit valider la décision ce mardi matin. La démolition interviendra dans la foulée, et des palissades seront installées pour sécuriser les abords. Robert Ménard, le maire, annonce par ailleurs que rien ne sera reconstruit à cet endroit. Le lieu est considéré comme trop dangereux, au delà de l'incendie. 

On ignore toujours les causes du sinistre, qui n'a heureusement fait aucune victime humaine. Les logements n'abritaient qu'une seule personne, qui est provisoirement relogée à l'hôtel. 

Une enquête est en cours et un homme de 31 ans est en garde à vue depuis dimanche.