Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une équipe des Pompiers de l'Urgence Internationale de Limoges va porter secours à Beyrouth

L'ONG Pompiers de l'Urgence Internationale, basée à Limoges, est en route pour Beyrouth, dévastée par deux intenses explosions mardi soir. L'association est spécialisée dans la recherche de victimes sous décombres et dans le secours médical, elle envoie une équipe de 20 secouristes.

 Les Pompiers de l'Urgence Internationale, basés à Limoges, envoient une équipe de 20 secouristes à Beyrouth, dévastée par une double explosion mardi soir
Les Pompiers de l'Urgence Internationale, basés à Limoges, envoient une équipe de 20 secouristes à Beyrouth, dévastée par une double explosion mardi soir © Maxppp - Wael Hamzeh

L'ONG Pompiers de l'Urgence Internationale, basée à Limoges et présidée par le colonel des pompiers limougeaud, Philippe Besson, prépare une mission de secours vers Beyrouth, la capitale libanaise, secouée et dévastée par deux explosions gigantesques mardi soir. Plus de 2000 tonnes de nitrate d'ammonium, stockés dans un bâtiment du port de Beyrouth, ont explosé et créé une onde de choc phénoménale.

"Une explosion dix fois plus forte que celle d'AZF"

Quelques heures avant le grand départ, l'heure est aux derniers préparatifs à Limoges pour les secouristes bénévoles. Tous le savent, ils vont débarquer sur un territoire dévasté."On nous parle d'une explosion dix fois plus forte à celle d'AZF à Toulouse en 2001, constate Alain Choplin, chef de l'équipe envoyée sur place, "nous ne savons pas à quoi nous attendre. La situation risque d'être très compliquée sur place."

Les caméras et les radars pour repérer les personnes coincées sous les décombres.
Les caméras et les radars pour repérer les personnes coincées sous les décombres. © Radio France - Thomas Vinclair

Pour ces hommes habitués à intervenir sur des catastrophes naturelles, cette explosion est une donnée supplémentaire à négocier. "Notre but est d'aider un maximum de victimes coincées sous les décombres, note le pompier poitevin, Thierry Schlieselhuber, Mais il faudra aussi s'occuper des victimes touchées par l'onde de l'explosion. Des blessures qui ne sont pas toujours visibles à l’œil nu."

L'équipe des PUI, qui prendra le départ ce jeudi, sera composée d'une vingtaine de secouristes. Dans cette équipe, il y a deux médecins et deux maîtres-chien. L'association apportera du matériel de recherche de victimes sous décombres (caméras, radars...) mais aussi du matériel de premiers secours et d'aide médicale. Ils doivent rester au minimum 6 jours sur place.

Jean-Yves Chassagne,  pompier creusois, part confiant pour cette mission. Il a déjà fait de nombreuses opérations avec le PUI. En 2017, il s'est rendu sur l'île de Saint-Martin lourdement touchée après le passage de la tempête Irma. "Ce n'est pas comme une catastrophe naturelle où les dégâts peuvent s’étendre sur tout un pays. La zone touchée au Liban est importante mais les dégâts sont localisés."

L'opération doit durer au minimum six jours.
L'opération doit durer au minimum six jours. © Radio France - Thomas Vinclair

A Beyrouth, le bilan est considérable. Selon la Croix-Rouge, les explosions ont fait au moins 100 morts et plus de 4 000 blessés, et selon le gouverneur de la ville, 300 000 personnes se retrouvent sans domicile. Les dégâts sont actuellement chiffrés à 2,5 milliards d'euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess