Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une escroquerie dans l'Yonne à l'encontre de personnes vulnérables

mercredi 7 novembre 2018 à 20:35 Par Denys Baudin, France Bleu Auxerre

Sept personnes ont été arrêtées mardi 6 novembre au matin dans l'auxerrois pour une affaire d'escroquerie aggravée sur des personnes vulnérables. Toutes des personnes âgées. Quatre individus ont été présentés au parquet ce mercredi.

Intervention de la police
Intervention de la police © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

Les gérants de "Rêve Habitat"'une ancienne société spécialisée dans les travaux d'isolation répondent de cette escroquerie aggravée bien qu'ils nient les faits. Ils sont aussi poursuivis  pour recel et harcèlement moral.

Une trentaine de plaintes

On compte au moins trente victimes précise le procureur de la république d'Auxerre Sophie Macquart-Moulin. Les personnes âgées étaient démarchées par les commerciaux de" Rêve Habitat". L'entreprise créée en 2013 dont la liquidation judiciaire a été prononcée cette année avait pignon sur rue à Auxerre et Champs-sur-Yonne.

Des contrats à des prix exorbitants

Les faits reprochés remontent entre 2013 et 2016. Les commerciaux  incitaient les personnes âgées à réaliser des travaux importants dans leur habitation ,les combles ou sur les toitures par exemple. Ils obtenaient leur signature malgré des contrats aux prix exorbitants, bien au dessus du marché. 

Des commerciaux reconnaissent les faits, certains les ont d'ailleurs signalés auprès de la police judiciaire et du groupement d’intervention régional de la police et de la gendarmerie qui menaient l’enquête. Non seulement, les tarifs étaient bien trop cher mais en plus la réalisation des travaux étaient souvent de mauvaise qualité.

Trois individus devaient être placés sous contrôle judiciaire ce mercredi, le quatrième risquait un placement en détention.