Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une étude de Greenpeace démontre que les terrains de sport sont très touchés par la pollution de l'air

lundi 11 juin 2018 à 11:14 Par Florent Le Saux, France Bleu Provence

Pas de miracle : les terrains de football ne sont pas à l'abri de la pollution de l'air, surtout quand ils sont proches des grands axes de circulation. Dans l'enquête publiée par Greenpeace France, le terrain de La Martine au nord de Marseille obtient les plus mauvais résultats.

Faire du sport sur un terrain proche du trafic routier, ça peut être mauvais pour la santé
Faire du sport sur un terrain proche du trafic routier, ça peut être mauvais pour la santé © Maxppp - Mathieu Botte

Marseille, France

Greenpeace France a mesuré la pollution de l'air sur 7 terrains de foot, fin mai ou début juin : 3 à Paris,  2 à Lyon et 2 à Marseille. Le terrain Ledeuc dans le 10è arrondissement (au sud-est de la ville) obtient des résultats proches de la moyenne.  

Dioxyde d'azote

En revanche, le terrain de La Martine dans le 15ème (au nord) enregistre le plus mauvais résultat : la pollution y est 2 ou 3 fois plus élevée que les 6 autres terrains ! Pas étonnant : la pelouse est en bordure de l'autoroute A7 ! Le trafic automobile y est très intense. Les véhicules dégagent de grandes quantités de dioxyde d'azote, substance nocive pour la santé.     

Le sportif respire d'avantage de polluants

Ces résultats sont très inquiétants : quand on fait du sport, quand on court,  on respire plus fort, on "ventile" plus qu'au repos, et donc on respire d'avantage de polluants. Dans ce cas là, le sport n'est pas bon pour la santé, c'est même tout le contraire ! En plus, les analyses ont été réalisées en dehors des pics de pollution.

Modes de transports doux

Toujours à Marseille, une étude récente montre que c'est la même chose sur la Corniche  où de nombreux joggers font leur footing. Cela veut-il dire qu'il ne faut pas faire de sport à l'extérieur ?  Pour Sarah Fayolle, chargée des questions de transport et de climat auprès de Greenpeace France, plutôt que de se résigner, il faut surtout que l'Etat et les communes prennent "de vraies mesures pour limiter la circulation automobile et privilégier les transports en commun et les modes de déplacement doux comme le vélo. "

Sarah Fayolle ne serait pas contre un système de péage urbain, comme dans certaines grandes villes européennes.

L'interview de Sarah Fayolle (Greenpeace France) ce lundi à 7h20 sur France Bleu Provence