Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une étudiante de Sciences-Po Toulouse porte plainte pour viol, enquête ouverte

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Une jeune femme, dont une lettre ouverte a été diffusée sur les réseaux sociaux, indique avoir été violée par un autre étudiant lors de son intégration à l'Institut d'Études Politiques de Toulouse. Elle a déposé plainte le 6 février.

La jeune femme a porté plainte le 6 février dernier.
La jeune femme a porté plainte le 6 février dernier. © Radio France - Frédéric Cirou

Une enquête est ouverte, après la révélation de faits de viols sur les réseaux sociaux. Juliette, une jeune étudiante de 20 ans, affirme dans une longue lettre avoir été violée par un autre étudiant, lors de son intégration à Sciences-Po Toulouse.

Le témoignage a été diffusé sur Twitter et Instagram par Anna Toumazoff, une militante féministe qui avait déjà dénoncé, il y a plusieurs mois, les viols dans les VTC. Elle-même est diplômée de l'Institut d'Etudes Politiques (IEP).

Juliette raconte que son rêve d'intégrer Sciences Po "s'est transformé en cauchemar". Les faits remontent à septembre 2018, mais la jeune femme, avec courage, a décidé de les dénoncer aujourd'hui. "Je pensais jamais parler, j'avais décidé de tout enfouir en moi et de me forcer à oublier, mais c'est trop fort, trop gros, trop dur pour être caché", écrit-elle.

Plainte déposée samedi

Elle a déposé plainte au commissariat de Toulouse le samedi 6 février, confirme le procureur de la République de Toulouse, ce mardi. Dominique Alzéari annonce d'ailleurs avoir "immédiatement fait diligenter une enquête en la forme préliminaire, confiée à la brigade de la famille et des mineurs de la DDSP de Toulouse".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Lors d'une conférence de presse mardi après-midi, le directeur de l'IEP de Toulouse, Olivier Brossard, a indiqué qu'"à ce stade", il n'avait "pas d'autres dénonciations, pas d'identifications ni d'autres victimes ni d'agresseurs présumés". L'enseignant a également insisté sur l'accompagnement de la victime, et a indiqué avoir fait un signalement au procureur de la République de Toulouse dès le mois de novembre 2020, quand il a eu connaissance d'une affaire de viol, mais sans avoir l'identité de la victime ni de l'agresseur.

Le jeune homme n'a d'ailleurs été identifié par l'établissement que lundi 8 février, grâce à la plainte déposée par la jeune femme samedi. Des mesures de protection ont été mises en place, avec notamment l'interdiction pour l'agresseur présumé d'entrer dans les bâtiments de Sciences Po Toulouse.

Dans sa lettre, Juliette appelle les autres potentielles victimes à rompre l'omerta. Depuis la publication sur les réseaux sociaux, les messages sont très nombreux, venus d'autres IEP de France, avec le hashtag #SciencesPorcs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess