Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une étudiante radicalisée projetait un attentat à Rennes

mercredi 10 janvier 2018 à 15:05 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Paris, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

La jeune femme de 19 ans, inscrite à l'université de la Sorbonne, a été interpellée mi-décembre dans le département de l’Essonne, où elle réside, d’après l’hebdomadaire Le Point. Elle visait les lieux festifs de Rennes.

La jeune femme a été interpellée dans l'Essonne
La jeune femme a été interpellée dans l'Essonne © Maxppp - Christophe Petit Tesson

Rennes, France

C’est la première fois qu’elle attirait l’attention des services antiterroristes. Selon les informations du journal Le Point, cette étudiante inscrite à la Sorbonne à Paris, et née à Toulouse, voulait commettre un attentat dans des lieux festifs de Rennes. Elle a été repérée alors qu’elle tentait de se procurer une kalachnikov par le biais de l'application de messagerie cryptée Telegram. 

Placée en garde-à-vue par la Direction générale de la sécurité intérieure après son arrestation mi-décembre, elle a reconnu être “une islamiste convaincue, fière des attentats commis en France”. Les enquêteurs de la DGSI ont saisi lors de la perquisition de son domicile un testament précisant qu’elle ciblait Rennes en raison d’une présence “moins importante de policiers”.

Un profil qui intrigue

Son parcours atypique intrigue policiers et magistrats. Elle vivait en couple, buvait de l’alcool et ne montrait aucun signe de radicalisation, d’après une source proche de l’affaire citée par Le Point.

Mise en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle", elle a été placée en détention provisoire.

L'an dernier, 20 attentats ont été déjoués en France d'après le ministère de l'Intérieur.