Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une facture d'un million d'euros d'impayés pour les 500 ans du Havre d'Edouard Philippe

mardi 10 avril 2018 à 17:54 - Mis à jour le mardi 10 avril 2018 à 18:38 Par Claire Briguet-Lamarre et Delphine Garnault, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Edouard Philippe et les 500 ans du Havre épinglés par Médiapart et le Canard Enchainé à sortir ce mardi. Selon l'article de Médiapart, c'est une somme d'un million d'euros qui n'aurait pas été payée à des prestataires dans le cadre de la manifestation. La société Artévia est montrée du doigt.

Edouard Philippe mis en cause par Médiapart lorsqu'il était maire du Havre
Edouard Philippe mis en cause par Médiapart lorsqu'il était maire du Havre - Maxppp

Le Havre, France

Pour lancer la manifestation des 500 ans du Havre, il a fallu créer crée le groupement d"intérêt public "le Havre 2017".  Ce groupement est financé par de l'argent public et il est présidé par Edouard Philippe.

Celui qui est alors maire du Havre dispose d'un budget de 20 millions d'euros. Edouard Philippe fait le choix d'externaliser une grande partie de sa production et choisit un prestataire, un seul, qui organise l’événement.  C'est Artevia qui remporte cet appel d'offres, nous sommes alors en 2015.

Des questions sur le prestataire retenu

La mission d'Artévia est d'organiser le calendrier et gérer la programmation de la manifestation. Selon Médiapart, le budget est de 16 millions d'euros, attribué par le GIP, et qu'Artevia doit réorienter vers les différents prestataires.  Sauf que le site d'informations en ligne explique que l'entreprise connaissait des problèmes de trésorerie depuis 2011 relevés par les commissaires aux comptes en 2012 et en  2016 et aujourd'hui voilà cette entreprise en redressement judiciaire depuis janvier 2018

Impossible de payer les prestataires, Artevia en aurait pour plus de cinq millions de dettes dont certaines seraient tellement anciennes que les prestataires havrais vont devoir prendre leur mal en patience. Parmi ces cinq millions, environ quatre sont liés à des évènements plus anciens et un million concerne ces 500 ans du Havre.

Que dit la mairie du Havre ?

Devant l'offensive médiatique de ce jour, la mairie du Havre a publié un communiqué : "Il ne faut pas mélanger les difficultés de gestion d’une entreprise et la gestion de l’argent public, qui a été exemplaire dans cette opération. Le contrat avec le groupement qui a organisé l’événement a été passé conformément au droit des marchés publics et en toute transparence. Le groupement présenté par Artevia fournissait les garanties nécessaires"

Dans les colonnes du Canard Enchaîné, les services de Luc Lemonnier (successeur d'Edouard Philippe à la mairie) reconnaissent "un dépassement de budget de 6%, lié à l'instauration de l'état d'urgence".

Selon Médiapart, le groupement d'intérêt public se mobilise pour que ces impayés soient bien versés aux prestataires en attente mais là ou nos confrères s'interrogent c'est sur les gardes-fous mis en place lors de l'attribution de marché pour toutes les entreprises qui postulaient. Il fallait avoir un chiffre d'affaire de cinq millions d'euros par an en moyenne sur les trois exercices précédents or ce n'était pas le cas pour Artevia qui seule n'avait pas les réserves suffisantes pour porter l'opération déplore Médiapart.  

Selon le porte-parole d'Edouard Philippe à Matignon cité par le Canard Enchaîné, "le choix d'Artevia a été fait au terme d'un appel d'offres transparent".