Faits divers – Justice

Une fausse alerte à la bombe dans l'école de Saint-Martin-d'Oney

France Bleu Gascogne lundi 13 avril 2015 à 20:41

Ecole de Saint Martin d'Oney

Le retour à l'école a été difficile, ce lundi 13 avril, à Saint-Martin-d'Oney. Vendredi, une institutrice a craqué, elle a eu une crise d'angoisse. Elle a cru qu'une bombe allait exploser à proximité de l'établissement et elle a emmené une trentaine d'élèves dans un champ derrière l'école.

Vendredi 10 avril, vers midi et demi, l'institutrice a fait évacuer une trentaine d'élèves , alors qu'ils étaient   en train de manger à la cantine. Elle les a emmené dans un champ, derrière l'école car elle croyait qu'une bombe allait exploser. Elle avait lu, la veille, un article qui évoquait une opération de déminage de bombes de la Seconde Guerre Mondiale à Arengosse où elle habite.

Cette professeur des écoles, visiblement fragile psychologiquement, a cru bien faire en les faisant s'allonger au sol. Elle a demandé aux enfants de se boucher les oreilles et de se tenir par la main. Elle aurait même fait une prière , d'après un des enfants concernés.

Les autres élèves, près de 130 enfants ont été regroupés dans le centre culturel qui est en face de l'école. C'est la procédure normale en cas de danger imminent. Les pompiers et les gendarmes sont intervenus et ont vérifié qu'il n'y avait pas d'engin explosif

Les enfants ont pu finir de manger après cette fausse alerte et sont allés en cours l'après-midi. L'inspecteur de l'Education Nationale, responsable du secteur, est également intervenu pour expliquer la situation aux parents à la sortie des classes. Un mot a été inscrit dans le carnet de correspondance des élèves. Une psychologue scolaire est venue soutenir les enseignants et surtout les enfants qui en avaient besoin. Ils sont plusieurs à avoir été choqués par cette fausse alerte à la bombe.

Bombe ENRO

Malgré la prise en charge rapide des enfants, certains ont eu très peur. Ils n'ont pas compris tout de suite que l'alerte à la bombe était une erreur . C'est le cas de la fille de Valérie qui a six ans et qui vient de passer un très mauvais week-end.

Bombe SON

L'institutrice qui était rentrée chez elle, en voiture après l'incident, a été retrouvée et conduite à l'hôpital Layné de Mont-de-Marsan. Cette professeur des écoles de 54 ans, appréciée des parents, n'avait jamais fait preuve d'un tel comportement . Elle est donc suivie par une équipe médicale depuis vendredi. Elle ne sera pas sanctionnée par l'Inspection Académique qui considère que ce n'était pas un acte malveillant.