Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une femme de 87 ans condamnée dans l'Yonne pour homicide involontaire au volant

-
Par , France Bleu Auxerre

Une habitante de Brienon-sur-Armançon, dans l'Yonne, a été condamnée ce jeudi au tribunal de Sens pour avoir mortellement percuté un vieillard en février 2016. La victime circulait en fauteuil électrique sur la chaussée. La conductrice, âgée de 83 ans à l'époque, était proche de la cécité.

L'accident a eu lieu à Brienon dans l'Yonne, en février 2016
L'accident a eu lieu à Brienon dans l'Yonne, en février 2016 - Google Maps

Une habitante de Brienon-sur-Armançon, dans l'Yonne, a été condamnée ce jeudi au tribunal de Sens pour avoir mortellement percuté un vieillard en février 2016. La femme, prévenue d'homicide involontaire, aujourd'hui âgée de 87 ans et malade, n'était pas présente à l'audience. Elle était représentée par une avocate. 

La conductrice n'avait rien vu avant le choc

Ce vendredi 12 février 2016, à Brienon-sur-Armançon, il pleut. La prévenue circule à faible vitesse à bord de sa voiture, entre 30 et 40 km/h selon l'expertise qui sera réalisée par la suite. La victime, elle, avance avec son fauteuil électrique sur la chaussée, fauteuil identifié par un gilet jaune. La conductrice dit aux enquêteurs avoir entendu le choc, mais n'avoir rien vu avant. Elle rappelle qu'il y avait une forte pluie et qu'il faisait sombre. 

Une hémorragie cérébrale juste après l'accident

La victime, un prêtre âgé de 96 ans est découvert sur le trottoir, conscient et souhaitant se relever. Il présente une plaie d'environ cinq centimètres à l'arrière du crâne et une autre au tibia. Le SMUR est prévenu, puis se ravise, la victime ne se plaignant d'aucune douleur. Les pompiers décident quand-même de l'amener à l'hôpital pour un examen de contrôle. Mais son état se dégrade très rapidement : nausées, saignement du nez, perte de cohérence. Des éléments inquiétants, corroborés par un scanner qui révèle un traumatisme crânien. L'homme décède peu après d'une hémorragie cérébrale. Pourtant, l'expertise ne constate aucune trace de choc évidente, ni sur la voiture, ni sur le fauteuil roulant électrique découvert sur la chaussée. L'enquête puis l'audience ne permettent pas de déterminer si l'homme se trouvait sur son fauteuil au moment du choc ou à côté. "Il y a bien des doutes et on peut imaginer que la victime ait chuté avant l'accident. Ces doutes doivent bénéficier à la prévenue", défend son avocate.

"Un véritable danger public" - La procureure

Mais pour la procureure, l'infraction est caractérisée. La prévenue est "un véritable danger public car elle ne voit pas de l’œil droit !" L'expertise médicale prouve en effet, que la dame est atteinte de DMLA, c'est-à-dire d'une dégénérescence de la partie centrale de la rétine. Son œil droit peut être considéré comme en état de cécité, pour la vision centrale. Son œil gauche voit à peine mieux, évalué à seulement 3/10e. "Il est impératif qu'elle ne conduise plus" note l'expert dans son rapport.

Le parquet demande un an de prison avec sursis, annulation du permis de conduire et confiscation des scellés, donc du véhicule ayant servi à commettre le délit. Le tribunal reconnaît la culpabilité de la vieille dame et prononce une peine moins lourde, deux mois de prison avec sursis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess