Faits divers – Justice

Une femme à la tête de la police de Vaucluse

Par Anne Domece, France Bleu Vaucluse vendredi 7 octobre 2016 à 10:30 Mis à jour le lundi 10 octobre 2016 à 6:04

Marie-Josèphe Mazel.
Marie-Josèphe Mazel. - Police nationale

C'est une première en Vaucluse : le chef de la police départementale est... une cheffe. Marie-Josèphe Mazel a pris ses fonctions il y a quelques mois. Elle est notre Grand Témoin, lundi.

Chaque lundi, nous recevons une personnalité du département, qui décrypte l'actualité et les faits du jour... Lundi, c'est Marie-Josèphe Mazel, la nouvelle directrice départementale de la sécurité publique (la patronne des policiers de Vaucluse) qui nous rejoint en studio.

La commissaire divisionnaire dirige quelque 550 hommes sur tout le territoire de Vaucluse. Une femme à la tête de la police ? "Un détail" pour cette policière qui a occupé son premier poste de commissaire à seulement 23 ans.

Plus de femmes dans la police ? Merci Julie Lescaut !

"A l'époque, un brigadier m'a assuré qu'il était favorable à la présence de femmes dans la police, parce que cela faisait joli dans les défilés, raconte--t-elle. J'ai été profondément agacée. Mais aujourd'hui, les choses ont changé, grâce notamment aux médias... et aux séries télévisées qui mettent en scène des femmes flics !"

En entrant dans la police, Marie-Josèphe Mazel suit les pas de son père. "Il était flic de PJ (police judiciaire), explique-t-elle. Il m'a donné envie de rejoindre le métier."

Les femmes peut-être "un peu moins souples" dans leur management

Elle fait donc ses études de droit à Aix-en-Provence, avant de passer les concours de police en 1986. Elle entre ensuite à l'école des commissaires de Saint-Cyr au Mont d'Or. Son premier poste l'emmène en région parisienne, à Mantes-la-Jolie. Puis elle passe par les PJ de Paris, Lyon, Toulon et Marseille.

Elle devient chef de district à Arles, où elle reste cinq ans, puis part dans le Var, pour seconder le Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP). Elle devient elle-même DDSP dans le Vaucluse, en mars dernier.

"J'ai été très bien accueillie, assure-t-elle. Et j'ai bien l'intention de mettre en place un management intelligent, participatif. C'est vrai que les femmes sont peut-être un peu moins souples dans leur manière de manager... Mais dans le fond, homme ou femme, cela ne change pas grand'chose."

Ses priorités pour le Vaucluse ? La lutte contre la petite délinquance et contre les cambriolages... ainsi que la lutte contre l'insécurité routière.

Partager sur :