Climat – Environnement

Une femme sapeur pompier meurt dans un incendie à Cerbère

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon vendredi 18 septembre 2015 à 6:44

Patricia Filippi, la victime, était sapeur-pompier volontaire
Patricia Filippi, la victime, était sapeur-pompier volontaire © Max PPP

Un incendie ravage la forêt sur la commune de Cerbère (Pyrénées-Orientales) depuis jeudi soir. Une femme sapeur pompier volontaire de 50 ans est morte. Quelque 240 pompiers sont mobilisés. Des renforts aériens sont arrivés sur place. 130 hectares ont été détruits. Le feu serait d'origine criminelle.

Une femme sapeur pompier est morte dans la nuit de jeudi à vendredi dans une intervention sur un feu de forêt à Cerbère. Elle avait 50 ans et était sapeur pompier volontaire. Il était une heure du matin, elle intervenait avec plusieurs collègues, lorsque le vent a brusquement tourné, elle s'est retrouvée encerclée par les flammes. Elle était mère de trois enfants.

Le feu a pris vers 21h30 sur le secteur de Peyreffite entre Cerbère et Banyuls sur mer. Il a  déjà ravagé 130 hectares. 240 pompiers sont mobilisés, des renforts sont attendus de l'Aude et l'Hérault. Des moyens aériens sont arrivés au lever du jour. Des hélicoptères et des canadairs sont arrivés sur place

Le feu est attisé par une forte tramontane, le village de Cerbère n'est pas menacé mais la zone est très escarpée, "c'est quasiment de l'escalade pour les pompiers, des conditions extrêmes pour le personnel " explique le colonel Grisot des sapeurs .

Le colonel Grisot des sapeurs pompiers des Pyrénées-Orientales

"C'est un acte gratuit atroce." (Le maire de  Cerbère)

Pour les maires de Cerbère et Banyuls sur mer, cet incendie est volontaire, cela ne fait aucun doute : _"J'ai eu deux départs de feu jeudi sur ma commune"  _explique Jean-Michel Solé le maire de Banyls sur mer "cela ne peut pas être un hasard, j'ai la conviction qu'il s'agit d'un acte de malveillance. Nous sommes tous choqués par ce drame,_ nous sommes dégoutés, c'est tellement stupide d'aller mettre le feu à la montagne, de détruire la nature et maintenant de détruire une vie humaine, c'est incompréhensible"

Jean-Michel Solé, le maire de Banyuls sur mer

"Ça n'engage que moi mais je ne prends pas beaucoup de risque en disant ça, c'est intentionnel, criminel." ajoute Jean-Claude Portella le maire de Cerbère. C'est parti en retrait de la route, ça ne peut pas être quelqu'un qui a jeté un mégot. Quant on voit qu'on peut mettre la vie de gens en péril, c'est un acte gratuite atroce "

Jean-Claude Portella, le maire de Cerbère

La départementale 914 est coupée entre Banyuls sur mer et Cerbère.