Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une femme tuée par ses propres chiens dans le Tarn ? Il faut rester prudent, estime un expert vétérinaire

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le corps sans vie d’une femme de 37 ans a été retrouvé couvert de morsures mardi 26 janvier à Senouillac (Tarn). Rien ne prouve que ses deux chiens rottweillers l’ont mortellement attaquée, estime le Docteur Christian Diaz, l’expert vétérinaire a participé à l’enquête sur l’affaire Pilarski.

Une femme de 37 ans a été retrouvée morte dans son jardin Mardi 26 janvier à Senouillac dans le Tarn, avec des morsures de ses deux chiens Rottweiller
Une femme de 37 ans a été retrouvée morte dans son jardin Mardi 26 janvier à Senouillac dans le Tarn, avec des morsures de ses deux chiens Rottweiller © Maxppp - Jean-Louis Aubert

Une femme de 37 ans a-t-elle été tuée par ses chiens à Sénouillac, un village du Tarn près de Gaillac ? Deux chiens de type rottweiler ont été saisis pour les besoins de l’enquête, menée par le vice-procureur de la République Frédéric Cousin. Cette femme qui se déplaçait en fauteuil roulant a été retrouvée par son compagnon mardi soir dans le jardin familial avec les deux chiens, la gueule ensanglantée. Son corps présentait des traces de morsures et ses vêtements étaient en partie déchiquetés. L'enquête des gendarmes doit notamment déterminer si ce sont les morsures des chiens qui ont provoqué sa mort, ou si elle a pu avoir un accident cardiaque ou un malaise, avant d'être mordue par ces chiens. 

L'enquête sera longue pour savoir si les chiens ont tué ou non leur maîtresse

"Il faut rester extrêmement prudent sur les causes de la mort et se garder de toute conclusion hâtive" estime le docteur toulousain Christian Diaz, ce vétérinaire, spécialiste du comportement animal et expert auprès des tribunaux, a participé à l’enquête sur le dossier Elisa Pilarski, cette femme enceinte de 29 ans retrouvée morte dans une forêt de l'Aisne alors qu'elle promenait son chien pitbull terrier à proximité d’une chasse à courre. La jeune femme avait succombé "une hémorragie consécutive à plusieurs morsures", selon l'autopsie.

Le Docteur Christian Diaz , expert en comportement animal dans sa clinique vétérinaire de Balma près de Toulouse
Le Docteur Christian Diaz , expert en comportement animal dans sa clinique vétérinaire de Balma près de Toulouse - Photo Clinique Vétérinaire des Açores

Docteur, qu’est-ce qui fait que des chiens comme ces rottweilers puissent attaquer leur maître au point de les tuer ?

La question qui nous est posée, c’est que l’on a retrouvé dans le Tarn la victime dans son jardin, des chiens qui avaient du sang sur la gueule. Mais on ne sait pas si ce sont les chiens qui l’ont tuée. Il y a quelques années, j’ai eu affaire à une personne qui était décédée avant d'avoir été mordue par les chiens. Et là, ce n’est plus du tout la même chose. Il faut avant de faire des conclusions hâtives, attendre les résultats de l’autopsie, et que l’autopsie détermine vraiment si la personne qui est malheureusement décédée l’est suite aux morsures des chiens, où si elle a été mordue après le décès. Et pour le moment, on ne le sait pas.

Docteur Christian Diaz - vétérinaire et expert en comportement animal auprès des tribunaux

Quel peut être le comportement de ces chiens rottweiler ?

Il y a de multiples raisons qui font qu’un chien peut attaquer un humain, cela peut être de la défense ou de la prédation. Pour les deux chiens en question, il s’agit de rottweilers qui sont des chiens de catégorie, pour lesquels il faut un permis de détention. Pour avoir ce permis, ces chiens ont fait l’objet d’une évaluation comportementale, qui a évalué leur dangerosité. Un vétérinaire les a examinés et a dû conclure qu’ils ne présentaient pas de danger particulier. 

Dans ce cas précis, il ne s’agit pas de chiens qui étaient jeunes, donc ils étaient habitués à vivre avec cette personne. On pourrait même se demander si les chiens n’ont pas essayé de ranimer la personne et de la stimuler parce qu’elle était décédée avant. Ce n’est pas impossible. La propriétaire a peut-être été victime d’un malaise, d’une crise cardiaque, et les chiens ont cherché à la stimuler avec leurs dents. Ou est-elle décédée parce que les chiens l’ont mordue ? Il faut attendre les résultats de l’autopsie, le travail du médecin légistes sur les morsures, et ensuite une expertise comportementale de ces chiens. C’est une enquête longue et délicate. 

Vous avez participé à l’enquête sur la mort d'Elisa Pilarski, cette femme enceinte qui se promenait avec son chien Curtis. Quelles ont été vos conclusions ?

Je suis en effet expert de l’affaire, mais ce dossier étant couvert par le secret de l’instruction, je ne peux pas vous en dire plus. Dans certains cas, vous pouvez avoir des chiens qui peuvent vous poursuivre dans la forêt, et là vous aurez un comportement de prédation. Il y a quelques années dans la région de Montpellier, une personne avait été poursuivie par cinq chiens de garde qui s’étaient échappés et elle avait été tuée par ces chiens. Mais dans cette dernière affaire dans le Tarn, ce n’est pas le cas. Ce sont les chiens de la famille et la personne a été retrouvée décédée avec ses chiens. Ce qui n’est pas du tout la même chose. Encore une fois, il faut se garder de toute conclusion hâtive.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess