Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une femme victime de violences conjugales est jugée à Rouen pour avoir tué son compagnon

Une femme de 42 ans comparaît pour meurtre à partir de ce lundi devant la cour d'assises de Seine-Maritime. Elle a tué son compagnon d'un coup de fusil de chasse. Cette mère de trois enfants, menacée par son conjoint ivre, affirme qu'il s'agit d'un accident.

Le palais de justice de Rouen - image d'illustration
Le palais de justice de Rouen - image d'illustration © Radio France

Ce dimanche 16 octobre 2016 en fin d'après midi, Alexandra Richard appelle les gendarmes. Elle vient de tirer sur son compagnon. Quand ils arrivent au domicile, à Montreuil-en-Caux, elle est en train de lui faire un point de compression. Le couple n'a fait que se disputer tout le week-end, Sébastien a bu cinq whisky-coca au déjeuner et il menace de la frapper, une fois que son ex venue chercher les enfants sera partie.

Alexandra Richard a déjà déposé plainte en janvier contre lui pour violences et menaces de mort. Cette fois, elle prend un fusil de chasse dans l'armoire et elle tire. Le coup est parti parce que ses doigts tremblaient, raconte-t-elle en garde à vue. Mais plus tard, au cours de l'instruction, elle explique que le drame s'est produit lorsque son compagnon a tenté de la désarmer. 

Pour l'accusation, ces différentes versions, le fait qu'elle a elle-même chargé le fusil, le fait aussi qu'un mois avant elle a mis en joue son compagnon, au ball trap, en disant "pan" accréditent la thèse du meurtre. Mais selon l'accusée, il s'agit bien d'un accident. Et son avocate, Me Nathalie Tomasini, compte demander la requalification des faits en homicide involontaire ou violences ayant entraîner la mort sans intention de la donner.

Alexandra Richard a fait un an de prison avant d'être remise en liberté sous contrôle judiciaire. Son histoire émeut beaucoup de monde. Un de ses collègues a lancé une pétition de soutien signée par plus de 30.000 personnes

Selon le code pénal, un meurtre sur conjoint est passible de la réclusion criminelle à perpétuité. Le procès se tient devant les assises de Seine-Maritime jusqu'à jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess